transport ferroviaire - La prise en compte du fret

« Les lignes nouvelles, maintenant, sont à vocation plutôt mixte. Par conséquent, dans la conception du projet POCL, il faut prendre garde à ce que l’infrastructure ne présente pas ultérieurement des obstacles infranchissables. Il y aura des progrès, avec la motorisation répartie, y compris pour le fret ferroviaire, mais il est évident qu’il ne faudra pas non plus pousser les choses trop loin, en ce qui concerne les rampes. Il existe déjà du TGV fret, le TGV de la Poste, nous venons de le dire, mais il peut y en avoir un autre : le TGV pour les produits à Haute Valeur Ajoutée. Par conséquent, là aussi, il y a une piste qui, à notre sens, n’a pas toujours eu la priorité d’examen que nous aurions souhaitée. II faut distinguer, le fret express et rapide, le ferroutage, qui est déjà beaucoup plus lourd, et le transport combiné. Je crois que cette distinction doit être opérée.

Enfin, je reviens au projet POCL. Des sillons sont libérés et, par conséquent, ils sont louables par RFF. Je n’en connais pas le tarif, parce que c’est extrêmement compliqué à suivre, mais, vous, vous le connaissez. Par conséquent, je vous demanderai, au nom de notre association, que vous évaluiez pour chacun des tracés le nombre de kilomètres qui sont libérés sur le réseau ferroviaire historique et, par conséquent, les revenus afférents au prorata de la distance libérée que chacun des tracés peut offrir. C’est-à-dire que ces chiffres devront figurer dans vos tableaux de ratios, au titre de la valeur ajoutée. »

(Lyon 13/12/2011)