France,Atlantique - Ligne Nouvelle Paris Normandie

Ce projet comporte deux objectifs :

  • désaturation du Mantois,
  • relier rapidement les villes normandes entre elles et avec Paris.

Pour cela, il est évoqué une vitesse de 160 à 200 km/h pour la traversée du Mantois, puis 250 km/h au-delà.

Projet de Ligne Nouvelle Paris-Normandie - Option de passage

a produit une contribution qui se veut fidèle à l’objectif de structuration des territoires normands en n’occultant pas la possibilité d’une relation Le Havre-Caen très raccourcie et l’intérêt d’une sortie sud du port du Havre qui évitera au trafic, fret ferroviaire notamment, d’encombrer le nœud ferroviaire rouennais, déjà saturé. De plus, l’articulation avec TRANSLINE est évidente puisque LNPN permettra une ouverture des Normandies vers la Bretagne, les Pays de la Loire et le Barreau Est-Ouest.

Connexion de la Ligne Nouvelle Paris-Normandie et de TRANSLINE

Quand on sait que le projet maritime de navette à conteneurs Le Havre-Caen est remis en cause, n’y a-t-il pas à envisager le mode de transport ferroviaire sur l’équipement existant avant qu’un autre plus performant voie le jour ? Encore faudrait-il ne pas écarter l’option qui dans le projet LNPN autorise une sortie Sud du Havre ET travailler à réduire ses coûts et son impact environnemental. Cette option est notamment portée par 12 géographes (Cahiers d’Acteurs n° 38) et d’autres.