Association,Région,développement durable - Les points forts du tracé « OUEST-SUD »

Villes à desservir

Des agglomérations-étoiles ferroviaires : Orléans, Bourges (associant Nevers et Moulins par antenne à V 220 kmh),

Montluçon, Villefranche/Saône (ouvrant sur les 3 gares de Lyon, les Alpes et la Suisse).

D’autres agglomérations riches en clientèle :
- Vichy associant l’agglomération de Clermont par antenne,
- Roanne débouché par antenne de l’agglomération de St Etienne.

Chaque gare devient un maillon, à part entière, d’une chaîne continue de Paris à Lyon.

Chaque gare pouvant être atteinte et quittée directement, se transforme en « étoile ferroviaire » de concentration / redistribution du trafic, en liaison quai-à-quai avec les TER, les TRIA (Trains Rapides Inter Agglomérations) et avec les autres modes de transport (bus, taxis, Transport A la Demande), associés au sein des pôles intermodaux ainsi générés.

L’accès direct au train dans une gare centrale est un atout : il participe au développement du quartier-gare, en général rénové avec l’arrivée du TGV et enrichi de nombreuses activités nouvelles (bureaux, hôtellerie, restauration, salles de réunions, de congrès, de spectacles et d’expositions...).

De plus, on constate combien ces agglomérations « en ligne ferroviaire » disposent de sites industriels relevant des mêmes spécialités, des mêmes groupes ou encore d’activités complémentaires générant des mouvements de cadres, d’ingénieurs et techniciens ainsi que des commerciaux.

Toutes ont des activités universitaires, d’où une clientèle ferroviaire potentielle d’enseignants et chercheurs ainsi que d’étudiants.

La plupart sont dotées d’activités hospitalières de haut niveau d’où des synergies facilitées par un service de transport de haute qualité qui les unisse.

Chacune a la « taille critique » pour participer à un bon coefficient de remplissage des trains.

Des fonctionnalités nombreuses sur un tronçon commun

Sur près de 120 km le tracé « ouest sud » du POCL se confond avec le Lyon-Clermont et sur près de 200 km avec le Lyon-façade atlantique proposé selon le système « TRANSLINE » soit une mutualisation du linéaire à construire et de nombreuses fonctionnalités, utiles pour le retour sur les investissements de l’ensemble de l’ouvrage.

Un financement soutenu par les Fonds Européens

Compris comme le segment oriental de la Branche Centrale Européenne de TRANSLINE, l’ouvrage sera éligible aux fonds européens ce que le POCL seul ne permet pas. Le doublement de la LN1 est, en effet, perçu à Bruxelles comme un problème d’exploitation « domestique », donc national (et donc local à l’échelle européenne).

Un exemple de désenclavement : MONTLUCON

Relations améliorées avec Paris mais aussi Clermont et Lyon intégrant ainsi pleinement le Montluçonnais au système.

Utilisation de la LGV pour des Trains Rapides Inter Agglomérations (TRIA) comme dans le Nord-Pas-de-Calais (Lille-Dunkerque, Lille Boulogne Etaples, Lille Arras)

Restructuration des espaces régionaux : Montluçon, seconde agglomération auvergnate se rapproche de sa capitale régionale, du Centre Orléans-Bourges (30’ contre 1h04 à 1h30 aujourd’hui) et rhônalpin avec Roanne (35 minutes).

Le tracé OUEST-SUD rassemble les agglomérations au lieu de les diviser en garantissant la synergie pour les liaisons vers Paris, la Méditerranée et l’Atlantique et, à terme, via TRANSLINE, avec Bordeaux et la Péninsule ibérique occidentale tout en intégrant Nevers et Moulins avec un barreau « accès nord de Nevers »