Transport 2020 n°21

Pour une concertation honnête, ouverte et complète

Le Débat Public, promis pour septembre 2011, va déterminer ce que sera le tracé du Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL) : ce choix ne sera pas anodin puisqu’il engagera ente 12 et 15 milliards d’euros et que cet ouvrage fixera le devenir de territoires entiers pour longtemps.

Il ne s’agit donc pas de faire fausse route ni d’agir dans la précipitation.

Les populations de nos régions sont directement intéressées : la faculté de se déplacer à Grande vitesse (qui sera la vitesse ordinaire de demain) leur sera-t-elle offerte et selon quelles modalités ? Nos régions pourront-elles maintenir leurs emplois actuels et en attirer d’autres puisque l’on sait que l’absence de Ligne à Grande Vitesse est un lourd handicap ?

Comme pour d’autres segments du système TRANSLINE, nous avons voulu, dans le cadre d’, être la « voix des territoires » et bâtir, à partir des suggestions des décideurs locaux et de citoyens engagés, un projet solide par sa logique, qui soit crédible mais qui, avant tout, serve l’aménagement équilibré du territoire tout en respectant les critères de rentabilité, à ne pas confondre avec ceux d’un productivisme comptable à court terme.

C’est dans ces conditions que j’ai réussi à faire inscrire le tracé dénommé « Ouest-Sud », qui sera donc proposé lors du Débat Public : je crois qu’il peut répondre aux vœux du plus grand nombre sur le plan de l’efficacité, du respect des espaces sensibles et des économies d’énergie qu’il induira.

Nous voulons un débat honnête et serein et c’est pourquoi, toutes les promesses aux partenaires ne doivent pas être « prises pour argent comptant » : certaines viennent, par exemple, d’être trahies au niveau de la qualité des dessertes sur le Rhin-Rhône.

D’autres Débats Publics ont eu lieu ou se déroulent qui nous apprennent qu’il faut demeurer vigilants et inflexibles sur les principes. Ce sera notre ligne de conduite.

René Souchon,
Président d’
Président du Conseil Régional d’Auvergne