Région,Atlantique - Le rayonnement du Finistère passe par TRANSLINE

Le rayonnement du Finistère passe par TRANSLINE

Imaginez un habitant de La Rochelle ayant un rendez-vous à 16h à Brest un lundi. Il pense raisonnablement avoir largement le temps d’y arriver en train. Il y arrivera, oui, mais à 15h58 après 8h31 de voyage contre 5h en voiture et 3h05 avec le système TRANSLINE. Il n’aurait mis « que » 8h17 en... 1938. Ce bref résumé plaide en faveur de TRANSLINE pour enfin se déplacer commodément en train dans le Grand-Ouest.

Brest est le bon exemple de ce que peut apporter à la Bretagne pour améliorer son accessibilité à Transline. Brest n’a pas vocation à être un cul de sac : propose une infrastructure nouvelle Brest-Quimper à 220 km/h ; son trajet plus court permettrait de relier les deux villes du Finistère en 30 minutes et fermerait la « boucle bretonne » tout en constituant une alternative à la voiture grâce au gain de temps obtenu offrant un temps global compétitif. Des liaisons pourraient être assurées au départ de Brest vers Lorient (1h05), Auray (1h21), Vannes (1h32) ou au départ de Quimper vers Morlaix (54’), Guingamp (1h21), St-Brieuc (1h38), etc.

Par ailleurs, Brest bénéficiera de la LGV Rennes-Nantes, section de Transline, pour accélérer ses relations avec Nantes atteinte en 2h contre un temps allant de 3h43 au mieux aujourd’hui à... 5h42 (3h25 par la route) avec, au minimum, une rupture de charge. Brest serait reliée aussi à Bordeaux (moins de 4h) et à la Péninsule ibérique d’une part, Lyon (4h30), l’Italie, l’Europe centrale d’autre part.

Le système Transline, intégrant les lignes existantes, permettrait d’avoir des services comme des Brest-Rennes-Nantes-Marseille, des Brest-Grenoble, des Brest-Quimper-Bordeaux, etc.

soutient les propositions de l’association Investir en Finistère parce qu’elles garantissent une bonne accessibilité à TRANSLINE ; un partenariat doit être développé. Les objectifs ainsi partagés sont, outre de mettre Brest et Quimper à moins de 3h de Paris, de positionner Brest à 1h30 de Rennes et à 2h de Nantes, Quimper à 1h30 de Rennes et de Nantes.

Tous unis pour un SNIT (Schéma National des Infrastructures de Transports) efficace et au-delà

TRANSLINE assurera au Finistère et à Brest un rayonnement nouveau dont bénéficieront d’ailleurs toutes les villes bretonnes.

Des contacts sont en cours en vue d’une adhésion des intercommunalités de Saint-Malo et Vannes.

Le Finistère a toute sa place dans le futur débat public « Rennes-Nantes ». Il devra veiller au choix d’une solution performante. En effet, un « Brest-Nantes » en 2h passe par un Rennes-Nantes voisin de 30 minutes ; moins ce dernier sera performant et plus le Finistère sera marginalisé.

Les relations entre Brest Métropole, Quimper Communauté et sont confiantes et l’adhésion de ces importantes collectivités à renforcerait efficacement l’action de l’association en faveur d’un aménagement équilibré du territoire.

Aux Finistériens de se mobiliser pour que l’accessibilité de leur territoire soit bien prise en compte dans le projet final, Par leur adhésion à , Rennes Métropole, Fougères Communauté et le SCOT du Pays de Fougères, ont ouvert la voie, mais c’est toute la Bretagne qui doit se retrouver solidaire pour défendre son accessibilité, notamment dans le cadre du SNIT, comme elle l’a fait par le passé chaque fois qu’elle a su croire à son avenir.