développement durable,Région,Europe - Des LGV oui, mais à quelles conditions ?

Deux principes à ne jamais oublier :

  • Une infrastructure n’a de sens que par les fonctionnalités qu’elle peut produire, autrement dit, par les services rendus à l’usager.
  • Le coût d’un projet en lui-même n’a aucun sens ; il doit être ramené aux fonctionnalités qu’il offre et c’est le ratio coût /fonctionnalités qui doit être pris en compte.

Rappelons les acquis du GRENELLE 1 pour ce qui concerne TRANSLINE :

La définition de ce barreau est-ouest est stratégique et propose ainsi l’inscription au SNIT (Shéma National des Infrastructures de Transport) des LGV suivantes :

  • Poitiers-Nantes-Rennes-Caen dans le prolongement du Poitiers-Limoges.
  • (Bordeaux) LGV SEA (Sud Europe Atlantique)
  • POCL (Paris-Orléans-Clermont-Lyon).

Quant aux fonctionnalités/services, TRANSLINE n’en manque pas :

  • Caen-Rennes génère : Caen-Brest, Caen-Quimper, Caen-Bordeaux, (Paris)-Caen-Granville, Caen-Flers.
  • Rennes-Nantes génère : Brest-Rennes-Nantes-Lyon-Italie/Suisse/Marseille-Nice, Brest-Rennes-Nantes-Bordeaux-Espagne.
  • Nantes-Poitiers génère : Rennes-Nantes-Niort, Rennes-Nantes-Lyon-Italie/Suisse/Marseille-Nice, Rennes-Nantes-Bordeaux-Espagne, Rennes-Nantes-Clermont Ferrand, et même Nantes-Paris sur un tiers du parcours.
  • Poitiers-Limoges génère : Paris-Limoges-Brive, Rennes-Nantes-Lyon, La Rochelle-Lyon, et Rennes-Nantes-Clermont Ferrand.
  • (Bordeaux) LGV SEA-Limoges : Espagne-Bordeaux-Lyon-Italie/Suisse/Besançon-Strasbourg-Allemagne, Royan-Limoges-Lyon, Sud-Ouest - Paris bis.
  • Limoges-POCL : Rennes-Nantes-Lyon-Italie/Suisse/Marseille-Nice, Espagne-Bordeaux-Lyon-Italie/Suisse/Besançon-Strasbourg-Allemagne, Rennes-Nantes-Clermont Ferrand, Bordeaux-Clermont-Ferrand.

Autant d’itinéraires de complément ou de déviation en cas de surcharge, de désordre ou d’interruption de trafic sur les lignes ferroviaires radiales.

Pour être inscrits, les projets doivent satisfaire aux critères contenus dans l’article 17 de la loi :

« ... L’Etat évalue l’opportunité des projets ... en se fondant sur des critères permettant d’apprécier la contribution des projets à l’atteinte des objectifs de développement durable fixés dans le cadre de la présente loi... :

  • le solde net d’émissions de gaz à effet de serre induites ou évitées par le projet rapporté à son coût ;
  • l’avancement d’autres projets et les perspectives de saturation des réseaux ferroviaires concernés ;
  • la performance environnementale (lutte contre le bruit, effet de coupure, préservation de la biodiversité...) ;
  • l’accessibilité multimodale, le développement économique, le désenclavement et l’aménagement des territoires aux différentes échelles ;
  • l’amélioration de l’efficacité, de la sécurité et de la cohérence du système de transport existant ;
  • la réalisation des objectifs d’accessibilité des personnes à mobilité réduite prévus par la législation nationale ».

Reprenant les projets du Grenelle, la DATAR (Délégation à l’Aménagement du Territoire) avait pour mission d’élaborer un premier schéma qui devait être validé par le Ministre de l’Aménagement du territoire.

Les premières conclusions d’une étude sur les effets de la Grande Vitesse ferroviaire sur les territoires inspirent les réflexions suivantes de la DATAR :

  • La Grande Vitesse ferroviaire n’est pas le seul levier économique automatique et suffisant pour provoquer une dynamique territorial, cependant elle en est l’un des éléments indispensables.
  • L’organisation anticipée et concertée des acteurs des territoires desservis constitue une nécessité et doit commencer très en amont, notamment par la construction d’un observatoire.
  • Le choix de la localisation des gares (centrales en ville ou en ligne « gares betteraves ») et de leurs accès mérite une analyse fine.
  • Inscrite dans un projet global, la Grande Vitesse ferroviaire s’avère dès lors un facteur structurant majeur pour le développement et le rayonnement du territoire (Pascal Mignerey, conseiller pour le développement durable, les transports et la métropole à la Datar).

Actuellement, certaines initiatives émanant de collectivités ou même d’associations débouchent sur des propositions comme celle, en Bretagne, d’un Y en ligne nouvelle pour améliorer les relations (Paris)-Rennes-Quimper et (Paris)-Rennes-Brest.

, mandaté par ses membres lors de la dernière AG à travers la motion, alimente son argumentaire qui n’a cessé de s’affiner au cours des derniers mois et intègre les propositions concernant les itinéraires associés qui visent à renforcer le projet.

Par conséquent, parmi toutes les collectivités territoriales concernées, aucune ne doit manquer à l’appel !