pollution,politique,finance - Mars : débat à Nantes sur l'avenir du réseau ferroviaire français

Un débat a été organisé à l’initiative des élus Verts, Régionalistes et Alternatifs de Nantes Métropole. But : se mettre au même niveau de connaissance du projet et proposer à Nantes Métropole d’adhérer à et de participer au financement de la pré-étude. Patrick Pellen pour l’UDB : « Il faut sortir de l’impasse et profiter des nouvelles perspectives que nous donne la réflexion TAARéseau Armorique pour construire le futur ».

François de Rugy pour les Verts : « Les collectivités locales doivent prendre en main leur avenir, l’Etat et l’Europe aussi : toutes ces instances doivent agir à leur niveau, notamment en termes de financement et sur la définition d’une politique ferroviaire adaptée au développement durable. »

Inquiétudes : qui va payer tous ces projets ? Cela passe par une redéfinition de la politique des transports. Pour , lorsqu’un axe est déjà pourvu en équipement de type autoroutier, il y a nécessité de développer l’alternative ferroviaire au lieu de doubler l’autoroute existante avec comme conséquence d’assécher le financement qui pourrait être utilisé pour le ferroviaire. Le financement trouve sa solution dans un juste partage des crédits entre les différents modes d’acheminement des passagers et des marchandises s’il y a l’élaboration d’une politique des transports claire.