TGV - Former des groupes

Après le groupe Auvergne...

Demain de tels groupes verront le jour en Aquitaine et en Pays de Loire. Ils ont pour but de regrouper les citoyens autour de situations alternatives. En effet, aujourd’hui, les protestations contre des projets autoroutiers doublons se font nombreuses mais, on le voit lors des débats publics, elles restent au niveau des incantations : « il faut mettre les camions sur les trains, il faut développer les transports en commun » et ne débouchent pas sur un quelconque projet alternatif.

peut ainsi cristalliser ce besoin d’alternatives autour des feuilles de route et des réseaux ferroviaires qui en découlent. Le contournement autoroutier de Bordeaux a pu ainsi provoquer l’adhésion de citoyens conscients que pour s’opposer à une infrastructure routière encore fallait-il avoir un argument, une alternative pour ne pas s’entendre dire : « vous vous opposez, bien, mais qu’avez vous à proposer à la collectivité ? Rien que des phrases alors que nous, nous avons un projet clé en main pour répondre aux urgences. Par conséquent, nous n’avons rien contre le ferroviaire, mais on verra plus tard »... Frustrant, non ?