Région,court terme - Que faire des transversales en attendant la TAA ?

Il ne s’agit pas de faire patienter vingt ans les habitants des zones desservies, ni de se servir de la TAA comme alibi pour justifier une quelconque inaction. Il faut utiliser dès maintenant le potentiel offert par ces lignes ferroviaires existantes :

Donner un nouvel élan aux trains de nuit :
En effet, lorsque les trajets de jour dépassent les 4 heures, le train de nuit conserve un intérêt pour ne pas perdre son temps sur les rails pour ceux qui ont besoin de faire l’aller-retour dans la journée. Ainsi, afin de bénéficier du maximum de temps sur place sans être fatigué, on peut alterner : l’aller en train de nuit, le retour en train de jour ou vice-versa (exemple de Nantes-Lyon où l’aller-retour demande 9 heures). Cela passe par une forte publicité en faveur de ces trains afin de les vendre.

Entamer leur modernisation afin qu’elles s’intègrent dans les futurs réseaux ferroviaires, ce qui donnerait :

  • pour Nantes-Bordeaux : modernisation pour constituer la ligne 2 (La Rochelle-Brest) du Réseau Armorique et la ligne 1ab (La Rochelle-Zaragoza/Tarbes) du réseau Pyrénées-Aquitaine-Charentes.
  • pour Nantes-Lyon : lignes 7 (St-Malo–Tours) et 10 (Nantes-Orléans) du Réseau Armorique pour la section Nantes-Tours, puis lignes 2 (Orléans-Grenoble) et 6 (Tours-Dijon) du Réseau des Trois Massifs.
  • pour Bordeaux-Lyon : lignes 5 des Trois Massifs et 4 du Réseau Pyrénées-Aquitaine-Charentes.

Il faut élaborer un plan de modernisation qui soit une partie incontournable de la feuille de route.