développement durable,court terme - La subtile rupture

Le CIADT ou le verre à moitié plein...

C’est ainsi qu’ résume les résultats du CIADT du 18 décembre :

  • des projets ferroviaires annoncés,
  • des projets autoroutiers qui ne se feront jamais !

En effet, tout ce qui est doublon d’autoroutes existantes ne se fera jamais dès lors où la résistance des populations concernées sera vive et où les réseaux ferroviaires élaborés par rencontrent un réel succès et s’imposent comme une alternative crédible aux dits doublements. Ces réseaux donnent des arguments décisifs à ceux qui n’apparaissent jusqu’alors comme des êtres négatifs tout juste capables d’incantations que tout le monde connaît mais qui sont loin de constituer un réel projet susceptible de remiser au rang des inutilités les projets autoroutiers doublons proposés.

Ces doublons étaient à la rigueur compréhensibles tant qu’il y avait un grande vide de propositions duquel ils émergeaient et qui consacrait le choix entre la route et... la route. Aujourd’hui, face à la proposition des 6 réseaux interrégionaux, ils apparaissent complètement décalés.

Le gouvernement marque ainsi sa volonté de rupture mais de manière douce afin de ne pas brusquer les tenants de la vieille pensée transports des années soixante-dix. C’est très habile et cela rappelle le discours : « Français,je vous ai compris ! » du Général.

En effet, ces doublons nous mènent en 2015 et plus. Les réaliser, cela voudrait dire que le rendez-vous avec la rupture en matière de transports ne serait toujours pas effective ce qui serait une véritable provocation. Or, nous connaissons les maux soulevés par le réchauffement climatique, nous connaissons les remèdes et nous resterions les bras croisés ? Pire, nous continuerions sur la voie initiale comme si de rien n’était ? Inconscience ? Suicide ?

Non, bien sûr, mais ce CIADT peut être considéré comme le CIADT de la subtile rupture.