Région,court terme - Derniers groupes de travail

Pays de la Loire

Ce groupe s’est réuni en présence de Michel Hunault, Vice-Président du Conseil Régional, qui a annoncé l’adhésion du Conseil Régional à . Il a été souligné :

  • La nécessité pour l’Ouest d’être équipé d’un réseau ferroviaire attractif pour éviter sa marginalisation.
  • La complémentarité des actions actuellement menées dans la région et du schéma proposé par . intègre les études RFF (saturation Nantes-Angers, gare de Nantes, tunnel de Chantenay, fragilité des bords de Loire...), et il est clair que les parties qui concourent à ces études peuvent prendre en compte les propositions d’.
  • La synergie déclenchée par ce projet fédérateur contribuera à donner une consistance à l’Arc Atlantique qui ne demeurerait qu’un concept virtuel, faute de liens performants entre ses cités.
  • L’ambition de ce projet réside dans la combinaison des intérêts locaux et de ceux liés à l’intérêt général qu’il sert utilement.
  • L’intérêt à mieux intégrer TAA et Réseau Armorique, dans le grand débat sur le réseau structurant du futur.
  • La nécessité de défendre le projet TAA / Réseau Armorique car l’Ouest, pas plus que les régions centrales, ne sont concernées par les 29 projets phares d’infrastructures de l’UE à réaliser d’ici 2020.

Rhône-Alpes

Une chose est sûre, aujourd’hui, l’Atlantique ne fait pas rêver les Rhônalpins qui préfèrent parler de Marseille, du Havre ou d’Anvers.

La raison en est simple : faute de moyens d’accès performant la possibilité ouest a été carrément occultée. Cependant, pour être un vrai carrefour, Lyon et Rhône-Alpes devront un jour prochain se préoccuper de l’Ouest.

La seconde région de France se caractérise par une pléthore de projets imposée par son rang : d’où sa première et instinctive réaction d’effroi de voir poindre un nouveau projet. Toutefois, les interlocuteurs rhônalpins se sont montrés intéressés pour continuer à explorer cette voie.

Si la TAA ne s’inscrit pas, et de loin, dans les projets prioritaires de la région, elle répond néanmoins à des priorités régionales : relier St-Exupéry au réseau régional, désenclaver la Loire et les villes de Roanne et St-Etienne, et assurer le contournement ferroviaire fret ferroviaire ouest de Lyon grâce au Delta de la TAA.

Les grandes questions communes à tous les groupes à résoudre seront :

l’intermodalité avec l’intégration du transport maritime,
comment provoquer et exprimer l’idée de rupture (voir l’exemple de la Vendée) ?
l’élaboration du mode de financement par les différents acteurs conduira nécessairement à l’exploration d’approches innovantes. Devant l’urgence, les solutions seront trouvées.