Transport 2020 n°9

Voir la cartographie

AUTISME

L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) multiplie les avertissements concernant l’urgence de la rupture à opérer pour diminuer l’émission des gaz à effets de serre (GES). Le Monde de l’économie du 2 septembre relaie ces avertissements : « A partir de 2020, les transports raviront à l’industrie la place de premier consommateur d’énergie. Il faut donc être plus ambitieux que les politiques actuelles de réduction des émissions de GES, en abaissant la demande énergétique des pays développés de 9% de façon à diminuer leurs émissions de CO de 10,1%. Un tel résultat ne sera atteint qu’en jouant sur trois tableaux : augmentation de l’efficacité énergétique des véhicules, utilisation de carburants d’origine non fossile ou renouvelable, limitation des déplacements et transfert sur des modes de transports collectifs avec des investissements colossaux pour la construction d’infrastructures ferrées à grande vitesse ou réservées au fret ferroviaire ».

Autisme de notre société qui sait ce qu’il faut faire mais qui se terre dans l’immobilisme. La faute aux gouvernements ? Non, pas seulement, si les gouvernements n’agissent pas, c’est par peur. Et si la société ne comprenait pas l’urgence de cette remise en question ? Et si les lobbys continuaient à privilégier le court terme aux dépens du long terme et de notre survie ? Les gouvernements en revanche ont un devoir urgent de pédagogie pour expliquer les enjeux et le pourquoi de la nécessaire rupture.

Autisme des citoyens qui restent en retrait du débat transport sans vouloir se rendre compte qu’il s’agit d’un secteur clé pour la protection de l’environnement, la santé, l’amélioration de la qualité de la vie...

Autisme de certaines associations qui, par leur attitude de refus des grandes infrastructures, seules capables d’opérer la rupture dans les déplacements, cautionnent le statut quo au lieu de se battre pour inverser la tendance concernant l’affectation des crédits. Autisme en matière de dépendance énergétique et d’aménagement du territoire, mais là, c’est une autre histoire. Ou alors, que l’on nous dise que ces gens qui nous prédisent des catastrophes sont fous et l’affaire sera (provisoirement ?) réglée.

  • Province - Indispensable consensus - 10/2003

    Ce qui plombe les projets, ce n’est pas tant l’importance des investissements lourds qu’ils nécessitent que la lenteur de l’obtention des consensus. Ainsi, le TGV Bretagne longtemps bloqué par le refus des Manceaux de se voir contourner, le TGV Rhin-Rhône avec ...

  • Association - Assemblée générale 2003 - 10/2003

    Les assemblées Générales d’ vont crescendo tant du point de vue de la fréquentation que de celui de la consistance des sujets abordés au point de se demander si, l’année prochaine, la Médiathèque de Poitiers sera assez grande pour contenir l’assemblée générale 2004 ! Sa ...

  • France,intermodalité - Lorsqu'un axe est déjà pourvu en voie expresse ou autoroute, il faut privilégier la solution ferroviaire performante - 10/2003

    Loin d’opposer route et rail, il s’agit au contraire de tendre vers cette complémentarité des modes de transport que tout responsable sérieux appelle désormais de ses voeux, conscient des problèmes résolus par son application, notamment en matière de développement durable. Un premier ...

  • soutien - Ils ont dit... - 10/2003

    Michel Hunault, Vice-Président du Conseil Régional des Pays de la Loire : « La réflexion d’ a un double intérêt puisque, à travers le projet TAA et Réseau Armorique, l’association étudie à la fois les relations Est-Ouest et les relations Nord-Sud. S’il ...

  • Région,court terme - Derniers groupes de travail - 10/2003

    Pays de la Loire Ce groupe s’est réuni en présence de Michel Hunault, Vice-Président du Conseil Régional, qui a annoncé l’adhésion du Conseil Régional à . Il a été souligné : La nécessité pour l’Ouest d’être équipé d’un réseau attractif pour éviter sa ...

  • objectifs - Questions - 10/2003

    La section Limoges-Clermont-Ferrand n’est pas située aujourd’hui sur un axe lourd, le sera-t-elle demain ? Oui, car demain il faudra prendre en compte trois éléments, notamment pour le fret : le développement des ports de l’Atlantique, la diffusion sur le reste du ...

  • Province,performant - Le débat public sur le grand contournement autoroutier de Bordeaux est ouvert - 10/2003

    Nous demandons que soient ouvertes simultanément les études concernant les contournements ferroviaires de Bordeaux : le petit (Pierroton-Mérignac-Bassens) et le grand pratiquement réservé au fret (Dax-Aire/Adour-Roquefort-Langon-Libourne (voir Transport 2020 n°7) dans la perspective du ...

  • politique - Et si on introduisait le référendum ? - 10/2003

    Aujourd’hui, malgré ses implications sur l’environnement, l’aménagement du territoire, la santé, le débat transport intéresse peu le citoyen sauf quand la future infrastructure doit passer chez lui. Le citoyen retrouve alors cette formidable capacité à se mobiliser CONTRE. Comment ...

  • complémentaire - Eurocaprail - 10/2003

    Dès son deuxième ouvrage, Une autre culture des déplacements , Michel Caniaux préconisait de relier les trois capitales européennes par un transport ferroviaire performant, sachant qu’aujourd’hui, le meilleur temps est de 4h33 pour relier Bruxelles à Strasbourg, soit une vitesse moyenne ...

  • France,Arc Atlantique - Réseau Pyrénées-Aquitaine-Charentes - 10/2003



    Ce réseau, comme les deux précédents (Réseau Armorique et Réseau des Trois Massifs) s’appuie sur des lignes à grande vitesse qui le structurent : TGV SEA, TAA et Bordeaux-Narbonne. Vitesse minimum de 160 km/h et cadencement horaire, ce réseau, complété par toutes les lignes TER actuelles à ...