Région,Association - Paris-Limoges via Poitiers

Pendant la campagne présidentielle, Bernadette Chirac avait remis d’actualité la desserte Paris-Limoges par ligne nouvelle via Poitiers. Le Premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, a annoncé que le dossier était effectivement rouvert sur cette desserte. Fervent partisan de la T.A.A., il a bien compris qu’une ligne nouvelle Poitiers-Limoges n’avait de sens qu’intégrée dans une transversale afin de servir plusieurs relations et pas uniquement Paris-Limoges qui ne suffirait pas à l’alimenter de manière rentable. (7 à 8 A/R quotidiens Paris/Limoges directs en 1h35, plus quelques autres avec arrêts à Poitiers qui utiliseraient des sillons Paris-Poitiers).

D’ores et déjà des détracteurs de ce projet soulignent que ce n’est pas raisonnable et que cela accroîtrait la saturation de la LGV sur le tronc commun aux trafics de l’Ouest et du Sud-Ouest. Raison de plus pour faire la T.A.A. afin de dégager ces points sensibles (cf Paris-Lyon) de trafics de transit qui peuvent utiliser un autre itinéraire. Et quid du POLT ? souvent soupçonnée de prôner des grands projets pour donner un alibi aux politiques de se désengager de projets plus modestes soutient la réalisation du POLT pour plusieurs raisons :

  • il ne s’agit pas de la même échéance : on ne choisit pas entre demain et après-demain,
  • la modernisation de la ligne classique est utile et souhaitable pour bien rattacher les villes d’Orléans, Vierzon, Bourges et Châteauroux d’une part, et de Brive et Cahors d’autre part, au réseau T.A.A.

Ce n’est donc pas le POLT ou la T.A.A., c’est le POLT et la T.A.A.