finance - La démarche transports cohérente de la Suisse

Objectif - Comment ? - avec quels moyens ? - plan de financement - calendrier... Et si nous adoptions en France, en l’adaptant, la démarche suisse, cela donnerait :

Trois objectifs : SAUVER LE CLIMAT
EVITER LA CONGESTION DU TRANSPORT ANNONCÉE
TENDRE VERS L’INDEPENDANCE ENERGETIQUE
Comment ? EN REDUISANT LES TRAFICS ROUTIERS ET AERIENS
Ou tout au moins leur augmentation prévue en découplant la croissance du transport de la croissance économique comme le veut désormais Bruxelles dans son dernier Livre Blanc
Avec quels moyens ? En augmentant les capacités ferroviaires à partir de la carte des dernières infrastructures structurantes à réaliser (Transport 2020 n°3) dont la T.A.A.
Quel plan de financement ? A définir par une véritable ingéniérie financière, associant public et privé, destinée à sortir des incantations pour entrer dans la phase des réalisations concrètes.
Une ébauche d’ingéniérie financière : Les financeurs Hypothèse
95 milliards de F.
Hypothèse
80 milliards de F.*

Collectivités (régions, départements, communautés urbaines)

25

25

Union européenne

19

16

Etat

46

34

Espagne-Portugal-Italie-Suisse Allemagne-Grande-Bretagne

5

5

*variante concernant la traversée du Massif-Central

L’Etat pourrait s’inspirer du modèle suisse. Sur la totalité financée par le pouvoirs publics :

  • 55% viennent d’une redevance sur trafic poids lourds pour la traversée du pays,
  • 20 % d’une ponction sur la TVA,
  • 10% d’une taxe sur les hydrocarbures.
Quand ? Un calendrier rigoureux
En Suisse, il faut 15 ans pour mener à bien un projet contre 30 ans, et plus, en France...