politique - Et le Ministre des Transports ?

Que le Ministre des Transports n’ait pas répondu à trois courriers l’interpellant sur la T.A.A. est finalement un bon signe. C’est à nous citoyens des régions à proposer ce dont nous avons besoin : de bons déplacements pour les personnes et pour le fret ferroviaire sans que cela se fasse au détriment de la qualité de vie. Reste à le concrétiser à travers un projet. Au Ministre de prendre acte du consensus, de l’étendre à d’autres pays, s’il s’agit d’un projet à dimension européenne, et de le faire vivre tout en recherchant le meilleur moyen de rassembler les finances nécessaires, d’être en quelque sorte le grand organisateur plutôt que celui qui impose des choix inadaptés empreints d’un jacobinisme coriace.

Et le consensus, désormais, ne sera sûrement pas atteint autour d’une multiplication tous azimuts d’infrastructures routières que certains s’obstinent à demander, sans plan d’ensemble cohérent avec les autres modes, alors que la donne a changé avec la multiplication des incertitudes que ce soit en matière d’énergies, de pressions environnementales ou de politique de décentralisation. D’ailleurs, les routes intelligentes, en optimisant leurs capacités nous promettent une régulation du trafic qui dispensera justement d’une multiplication inconsidérée d’infrastructure routières.