Association - Rapport d’activité du Président et du Délégué Général

Intervention de René SOUCHON

« Chers Amis,

« Nous voici réunis pour notre 10 ème Assemblée Générale depuis que vous m’avez confié la présidence de notre Association.

« Une occasion de faire le point, d’autant que les projets sur lesquels nous travaillons et qui, participent, pour chacun d’entre eux au système TRANSLINE, avancent.

« Lors de l’AG de Vichy, nous étions en plein Débat Public sur le POCL, un Débat qui s’est poursuivi jusqu’à la fin Janvier de cette année 2012 : le projet POCL est intrinsèquement lié à notre projet TRANSLINE dans la mesure où il amorcera, mieux ou moins bien, selon son tracé définitif, la liaison Est-Ouest, sur les quelques 200 premiers kilomètres à partir de Lyon en direction de l’Ouest.

« De même démarrait, au même moment, un autre Débat Public, plus bref, concernant le Paris Normandie qui contribuera, pour partie, à l’établissement d’une « LGV des estuaires » et à l’enrichissement de la branche Ouest de TRANSLINE si son tracé définitif rejoint les préoccupations que nous avons fait parvenir, en temps voulu, à la Commission Particulière du Débat Public.

« Très attentifs à l’avancée du Poitiers-Limoges, qui est l’un des maillons essentiels de notre dispositif, nous avons répondu positivement aux appels de nos amis limousins et apporté notre appui à ceux qui veulent réaliser cet ouvrage participant au désenclavement du Massif Central sur son flanc occidental. Souhaitons que les tout derniers obstacles dressés par les opposants à ce projet seront levés : nous avons pratiqué une solidarité sans faille parce que nous savons que plus large se trouve le cercle de ses amis, plus la cause pour laquelle on milite est défendable et gagnable.

« Nous n’oublierons pas la défense du Limoges-Périgueux que RFF, comme la SNCF, ne souhaitaient ni moderniser ni électrifier, le menaçant d’un véritable sabordage par une liaison tirée par les cheveux entre Paris et le chef lieu de la Dordogne via Coutras. Avec un double effet négatif contre l’étoile ferroviaire de Limoges et contre l’intérêt des usagers, sous les deux angles du temps de transport et du coût du billet.

« Un autre Débat va s’ouvrir, à l’automne, sur le Nœud Ferroviaire Lyonnais : notre participation y sera requise puisque nous nous trouverons à l’une des extrémités de TRANSLINE et qu’il importe que les conclusions qui en découleront soient compatibles avec notre projet et le POCL. Retenons que l’aspect FRET en sera partie intégrante et que nous pourrons, à nouveau, comme lors du Débat Public à Lyon, en décembre denier, reposer la question de la mixité ferroviaire voyageurs/FRET des LGV.

« A l’autre extrémité il y aura également un Débat Public qui s’ouvrira, en 2013, sur le Rennes-Nantes ; on sait que des opposants, aussi virulents que divers, vont tenter d’y faire prévaloir leur point de vue. prêtera son concours à nos amis Nantais et Rennais.

« Enfin, des décisions, prises loin de nos frontières, auront, si nous faisons agir les leviers en temps voulu, des conséquences déterminantes sur le projet TRANSLINE : je veux parler de la décision du gouvernement portugais de mettre fin au projet Lisbonne-Madrid au profit de la modernisation de l’axe Lisbonne-Porto en direction de la frontière Nord. Sa jonction avec le « Y » basque deviendra, alors, essentielle pour la jonction du Portugal avec le reste de l’Europe.

« Du coup, le corridor européen Lisbonne-Kiev qui pouvait être conçu selon deux itinéraires, dont celui par Barcelone et la côte languedocienne, s’effacerait au profit de celui que nous préconisons, via le Pays Basque.

« Oui, nos champs d’intervention sont nombreux et peuvent paraître, vus de loin, dispersés. En fait, tout se résume par le terme de « cohérence ». Notre champ est d’autant plus vaste que notre système TRANSLINE repose sur la mise en relations de lignes qui, jusqu’ici tout au moins, ont été conçues indépendamment les unes des autres.

« Pour y faire face et faire en sorte que tous nos adhérents y trouvent leur compte, nous avons toujours raisonné en termes de globalité et de réseaux.

« Pour faire prévaloir ce qui constitue une sorte de « révolution » des mentalités, a patiemment, au fil des mois, élargi l’assise de ses adhérents : notre délégué général, Michel CANIAUX, vous en précisera la carte tout à l’heure.

« Les documents qui vous sont parvenus, depuis notre dernière Assemblée Générale, et à la rédaction desquels vous avez participé, sont reconnus de la plupart de nos interlocuteurs comme de qualité : est considérée comme une association sérieuse, ou, pour reprendre une expression célèbre, comme « un interlocuteur valable ».

« Dans ce cadre, je tiens à féliciter Michel CANIAUX et Bertrand SALVAT pour leurs interventions lors la quasi-totalité des réunions du Débat Public sur le POCL qui ont rendu certains sujets incontournables.

« Je mentionnerai également la dernière livraison de Transport 2020 qui a concilié le compte-rendu le plus complet possible des problématiques soulevées lors des Débats Publics POCL et Paris-Normandie mais aussi les sujets d’actualité portant sur les autres secteurs géographiques où est engagée.

« Les conclusions des travaux de ce matin, qui vont être proposées à votre réflexion, vous en donneront une illustration supplémentaire.

« Michel CANIAUX va compléter ce rapport. »

Intervention du Délégué Général Michel CANIAUX

« Cette période a été marquée par la fin du débat public POCL : a participé à 26 réunions sur les 27 qu'a comptés le débat. A ce titre et grâce la variété de ses propositions, doit intégrer le comité de pilotage qui va être mis en place par RFF pour la période à venir.

« La solidarité des territoires, favorisée par la démarche , a été, une fois de plus, permise grâce à la rédaction de cahiers d'acteur de membres excentrés du périmètre POCL : Nantes et Rennes Métropole, les Conseils Généraux de Charente-Maritime et de la Creuse, la CCI de Limoges, la Ville de Limoges, ou des contributions comme celle du Conseil Régional du Limousin.

«  et l'Europe :

« L'apport de TRANSLINE au maillage du réseau européen est capital. En effet, la dernière version (automne 2011) des RTE-T ignore des pans entiers du territoire et n'irrigue que très imparfaitement le territoire national. Afin d'amplifier son lobbying européen, diverses démarches ont été initiées :

  • contact avec Bernadette VERGNAUD, députée européenne : une démarche commune a été initiée pour rencontrer les députés européens et finaliser la plaquette européenne avec les citations de responsables politiques européens pour fin octobre. Les versions espagnole, anglaise et italienne ont été réalisées.
  • la présentation d' sur le site est désormais disponible en anglais, espagnol et italien.

« Réunions avec les adhérents :

« Des contacts réguliers sont établis avec nos membre afin d'actualiser les enjeux des territoires concernés et de les replacer dans le projet global TRANSLINE. Ainsi, récemment, des réunions ont eu lieu avec la Communauté de Communes de la région de Chemillé, Conseil Général de Maine et Loire, Communauté urbaine de Bordeaux, Conseils Généraux de Charente-Maritime et de l'Ille et Vilaine, Conseil Régional Rhône-Alpes, Nantes Métropole, Rennes Métropole, Fougères Communauté et le SCOT du Pays de Fougères, le Pays du Bocage bressuirais, Communauté d'agglomération du Pays de Vannes.

« L'Adhésion du Pays de Redon Bretagne sud qui s'est faite à l'issue de la présentation d' et de TRANSLINE devant les élus du Conseil d'Administration renforce la position d' en Bretagne dans la perspective du futur débat public sur Rennes-Nantes/Quimper/Brest.

« Notre participation au colloque de Thouars "le ferroviaire au coeur du développement des territoires" a bien démontré l'intérêt d' pour réussir l'articulation entre réseau classique et TRANSLINE et veiller ainsi à la modernisation des lignes affluentes de TRANSLINE qui permette au plus grand nombre de territoires de bénéficier des apports du projet global.

« Le dernier numéro de transport 2020 a bénéficié de la plus grande diffusion jamais réalisée puisque tous les élus de nos membres institutionnels ont été destinataires ainsi que les élus de collectivités à qui une demande d'adhésion à été formulée.

« Le groupe LIMOUSIN est toujours aussi actif : il a participé à la foire expo de Limoges sur le stand commun CCI de Limoges/Ville de Limoges grâce à l'excellent partenariat avec la CCI de Limoges. Limoges se penche sur les dessertes ferroviaires d'aujourd'hui afin d'établir le lien entre le présent et le futur et d'éviter également la multiplication d'associations concernant un domaine où la mobilisation reste faible.

« Nous avons été invités à l'inauguration du TGV Rhin-Rhône. La participation d' à cet évènement montre l'intérêt de l'association aux autres projets jugés complémentaires de TRANSLINE. Les branches sud et est du Rhin-Rhône permettent un itinéraire bis Sud-Ouest – Franche Comté-Alsace-Allemagne méridionale évitant l'Ile de France et contribuant ainsi à la dé-saturation de cette dernière.

« Un point a été fait ce matin sur le projet Rennes-Nantes par Michel-François BUSNEL retenu cet après-midi par une autre réunion.

« RFF a travaillé sur plusieurs scénarios avec mutualisation soit de Rennes-Nantes avec Rennes-Quimper, soit de Rennes-Quimper avec Rennes-Brest. Ce projet est justifié par la volonté des élus bretons de mettre Brest et Quimper à 3h de Paris. Mais il est également capital pour la structuration du réseau breton et son intégration au réseau européen. La saisine de la Commission Nationale du Débat Public aura lieu très prochainement pour un débat public prévu pour 2013. Si aujourd'hui, il y a deux groupes de pilotage : un Rennes-Nantes et un Rennes-Brest/Quimper, le débat public traitera de l'ensemble.

« Ce débat doit être l'occasion d'intégrer le BEO, les projets mentionnés ci-dessus devant être pensés en pleine cohérence avec ce dernier. »

L’Assemblée Générale approuve le contenu de ces deux rapports.