Nantes - Rapport des deux groupes de travail : RENAPOLI et Branche Centrale Européenne-POCL, réunis le matin même

Michel CANIAUX présente les conclusions du groupe RENAPOLI.

Gwenaël BODO, Michel-François BUSNEL et Ronan VIEL ont fait le point sur le dossier Rennes-Notre Dame des Landes, un des maillons de TRANSLINE. RFF et les collectivités concernées ont beaucoup travaillé l’ensemble pour aboutir à un premier schéma qui repose sur la mutualisation Rennes-Nantes et Rennes-Quimper selon le vœu de la région Bretagne qui fait de la modernisation de Rennes-Brest et Rennes-Quimper une priorité.

Le schéma présenté permet de réaliser des accélérations conséquentes sur Rennes-Quimper, Rennes-Nantes et Nantes-Quimper avec une LGV qui atteindrait pratiquement Vannes.

Une nouvelle carte-de-visite- est présentée qui prend en compte ces dernières évolutions. Le fuseau enrobant Rennes-Nantes/Vannes qui figurait sur la précédente est remplacé par un tracé.

Le fret ferroviaire doit trouver sa place sur l’axe TRANSLINE, notamment pour assurer les connexions des grands ports maritimes de La Rochelle et de Nantes-Saint Nazaire avec l’Est européen.

Dans un deuxième temps, Michel CANIAUX a proposé de s’inspirer du questionnaire adressé par le préfet coordinateur du POCL pour la suite des travaux de RENAPOLI. Ainsi, pour la prochaine fois, il est demandé de réfléchir sur les grands objectifs et les fonctionnalités de RENAPOLI intégrant les fonctionnalités majeures correspondant aux enjeux des territoires ainsi que les territoires, régions et pays que les nouvelles relations à grande vitesse concernent.

La prochaine réunion est prévue le 31 janvier à Angers.


Ludovic FOUCHE rapporte les conclusions du Groupe Branche Centrale Européenne POCL.

A l’aide d’un diaporama trois thèmes ont été approfondis :

  • TRANSLINE pour améliorer la performance de l’ensemble du réseau ferré actuel, pour contribuer à l’aménagement du territoire et pour valoriser d’autres projets (articulation du POCL et de la BCE alias « Barreau Est-Ouest » par un point de rencontre que dicte le bon sens au niveau du montluçonnais).

  • Dans un second temps, il a été examiné les situations remarquables de Montluçon (étoile ferroviaire), Vichy (fréquentation en clientèle et débouché de Clermont), Roanne (débouché de l’agglomération stéphanoise et forte fréquentation en clientèle vers Vichy-Clermont et vers Lyon)

    En regard le projet que veut imposer la SNCF élimine toutes les synergies, isole les villes les unes des autres, ignore Roanne et St Etienne : ses documents rendus publics par la SNCF sont projetés et analysés qui conduisent au rejet unanime de ce que l’opérateur voudrait imposer.

  • Enfin l’examen sur cartes IGN de ce que pourraient être les tracés plus fins, à partir du tracé Ouest-Sud, notamment pour les entrées et sorties de villes citées, avec des variantes possibles, ont vivement intéressé les participants.

La discussion fut particulièrement riche où chacun a pu donner son sentiment ; des propositions complémentaires en ont résulté : un net consensus s’est dégagé.