ALTRO - Rapport d’Activité 2009-2010

René SOUCHON rend compte du bilan de l’année écoulée :

« Depuis notre assemblée générale tenue à Montluçon, le 20 octobre 2009, et à l’important travail qui y avait été réalisé, nous avons réuni le Conseil d’Administration le 8 septembre dernier à Paris.

« Il est vrai que nous avions pris un rythme plus soutenu de 2 assemblées générales par an, ce qui permettait aux collectivités adhérentes comme à nos adhérents individuels de participer au maximum à nos prises de décision, mais il était normal que la période pré-électorale et celle tout aussi chargée qui a suivi le scrutin de mars 2010 soient dénuées de manifestations publiques de la part de notre association qui a observé une neutralité totale. Je crois qu’il en a été bien ainsi.

« Cela n’a pas empêché nos responsables adhérents individuels de se réunir et de poursuivre la réflexion sur le projet TRANSLINE  : les groupes "RENAPOLI" et "Branche Centrale Européenne-POCL" ont fonctionné, affiné et préparé de nouveaux arguments. J’ai été satisfait du suivi des réunions relatives au Poitiers-Limoges et au POCL où notre voix a été régulièrement entendue.

« La parution en juin du n°20 de notre revue Transport 2020 a dressé un bilan de ces activités et a proposé des informations tout à fait utiles à notre projet commun avec le dossier sur la conception du réseau TGV en Espagne. Cette parution indiquait, par ailleurs, la fermeture de la parenthèse que nous nous étions imposée.

« Aussi, dès le 8 septembre, notre CA, réuni à Paris a pris connaissance de notre bilan financier qui est suivi de très prés : je vous indique - le Trésorier le précisera tout à l’heure - que notre situation est saine.

« Le C.A. a amendé et validé deux documents à destination du Préfet coordinateur du POCL et à l’intention des Ministres de l’Ecologie, des Transports et de l’Aménagement du Territoire pour ce qui concernait l’inscription dans le SNIT (schéma national des infrastructures de Transport) d’un tracé du "Barreau Est-Ouest" selon le fuseau le plus compatible possible avec ce que comporte notre projet TRANSLINE.

« Aussitôt après cette adoption, nous les avons rendus publics en vous les communiquant et en organisant des conférences de presse dont le Délégué Général vous parlera. L’une d’entre elles s’est tenue à Clermont-Chamalières et a connu un succès de fréquentation comme de publication sous forme de comptes-rendus satisfaisants.

« Car, sur ces projets, nous ne sommes pas les seuls : d’autres ne sont pas inactifs et avancent des arguments qui peuvent différer des nôtres. Nous voyons bien que la technostructure préfère imposer ses schémas et rechigne à écouter les élus comme les associatifs. Or, l’aménagement du territoire, c’est avant tout l’affaire des habitants des bassins de vie : le transport ferroviaire doit être organisé dans l’intérêt de ses clients actuels et futurs et non pour la seule satisfaction d’un opérateur quel qu’il soit.

« L’action d’ s’est inscrite dans le concept de "faire entendre la voix des territoires" : cela requiert l’écoute, la prise en compte des vœux exprimés, la proposition et la promotion de schémas cohérents et argumentés. Ce rôle est ingrat : sans fausse modestie, nous pouvons dire que ce programme a été rempli au cours de cette année écoulée.

« Je laisse la parole à notre Délégué Général qui apportera un complément au présent rapport ; nous répondrons ensuite à vos questions et attendons vos suggestions, dont vous savez que nous cherchons à les faire prospérer. »


L'intervention du Délégué Général, Michel CANIAUX, complète l'intervention du Président :

1. La création de groupes dans les villes concernées est une des priorités fixées. Il s’agit d’impliquer les citoyens dans le projet TRANSLINE afin qu’ils puissent se l’approprier et entrer dans une dynamique positive en faveur d’un grand projet. Pour cela, il faut trouver un langage adapté, d’où la rédaction de tracts simples qui seront distribués sur les marchés par exemple ou dans tout autre manifestation. Aujourd’hui, le groupe Limousin, animé par Guillaume BERTRAND, Jean-Claude BECHADE et Chantal GRIMAL, « l’Europe en train par le Limousin » a pris sa vitesse de croisière : conférences de presse, tractages sur les marchés... Le Limousin est ainsi la région TRANSLINE qui recueille désormais le plus grand nombre d’adhérents individuels. Un autre groupe vient de se constituer à Niort et travaille sur la rédaction d’un tract adapté aux Deux-Sèvres.

2. Le 13 septembre a été constitué le « Groupe de La Rochelle » qui rassemble des délégués généraux des autres grands projets (Rhin-Rhône, Lyon-Turin), complémentaires de TRANSLINE ainsi que celui de TDIE (Transport Développement Intermodalité Environnement).

Ces associations sont utiles pour fédérer les différents acteurs concernés, renforcer le lobbying en faveur des projets et analyser les propositions de la technostructure pour voir si elles correspondent bien aux besoins des territoires.

Il s’agit d’échanger les bonnes pratiques et de poser les bonnes questions nécessaires à la décision précédant la construction d’une LGV : comment réussir le report modal ? Comment ne pas succomber aux projets au rabais ? Economies d’aujourd’hui, gaspillage de demain ? L’avenir du fret ferroviaire ferroviaire passe-t-il par la mixité ? Etc.

3. TRANSLINE est un projet à dimension européenne : s’est donc fait remarquer lors de colloques européens. C’est ainsi que pour la première fois, il lui a été proposé de participer à un colloque européen en tant qu’intervenant. Ce sera à Bruxelles, lors du colloque INTERMODES des 9 et 10 février 2011. présentera TRANSLINE le 10 février sur l’accessibilité des territoires à travers les grands projets. C’est donc l’occasion de présenter TRANSLINE devant un parterre européen. Les membres d' sont invités à y participer.

4. Lors du dernier C.A., le Président avait souhaité que se tiennent des conférences de presse sur l’itinéraire concerné par TRANSLINE. Elles ont eu lieu à Bordeaux, Clermont-Ferrand, Guéret, Lyon et d’autres sont prévues à Angers, Cholet, Poitiers, La Rochelle...

5. Une des pistes pour argumenter la force du lobby et conforter nos ressources en faveur d’un lobby efficace, réside dans les adhésions. Celles-ci continuent à progresser avec l’arrivée en 2010 du Conseil Général du Maine et Loire, du SCOT du Pays de Fougères, de la Communauté de Communes de Chemillé et de Véolia Transport.

6. Une autre priorité est la création du Club des Entreprises pour que les acteurs économiques s’impliquent afin que dans un premier temps le projet réponde bien à leurs besoins et que, dans un deuxième temps, celui-ci puisse se réaliser en suppléant à l’impécuniosité de l’Etat. Le modèle asiatique (métro de Hong Kong, TGV Taïwan) visant à faire du chemin de fer une activité rentable grâce aux ressources annexes, est particulièrement séduisant. Ce modèle est-il transposable en France ? peut-elle relever un tel défi via la création d’un Club des Entreprises ?

7. Enfin, a continué à s’impliquer dans les projets « en cours » et notamment le Poitiers-Limoges et le Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL avec, pour ce dernier, la réponse au questionnaire du Préfet coordonateur).

, en répondant à des questions qu’on ne s’est pas encore posées, enrichit le débat et propose des solutions non retenues par la technostructure qui, elle, ne poursuit pas forcément la logique des territoires. Ainsi :

  • l’idée de TRIA (Trains Rapides Inter Agglomération) fait son chemin sur Poitiers-Limoges
  • rassemble pour soutenir le scenario ouest-sud du POCL, le plus favorable à TRANSLINE.

Les batailles doivent désormais se jouer sur les fonctionnalités et non sur un coût brut qui n’a pas de sens.

Soit est associée dès le départ (POCL), soit elle y rentre par le débat public (Poitiers-Limoges).

8. les groupes d’études RENAPOLI et BCE/POCL ont continué à se réunir au rythme d’une réunion par trimestre. Le fil conducteur est l’anticipation du rapprochement de territoires grâce à la mise en place d’une infrastructure à Grande Vitesse. Ils ont donné lieu à un exposé sur la Media Distancia à Grande Vitesse espagnole d’où dérive l’idée des Trains Rapides Inter Agglomérations ou TRIA. Jean-Xavier ROCHU, consultant ayant une grande connaissance des expériences asiatiques est intervenu pour plaider en faveur de l’implication des acteurs économiques.


Jean DANIEL se présentant sous sa double qualité de délégué de Limoges Métropole et du Conseil Régional du Limousin insiste sur le gain de « solidarité territoriale » que comporte le projet TRANSLINE dans tous les domaines qu’il énumère. Il tient à relever le travail effectué par , sa présence sur le terrain et la qualité des arguments qu’elle diffuse ; Poitiers-Limoges, « c’est important pour nous ».


Le rapport d’activité est mis aux voix ; il est adopté à l’unanimité.