ALTRO - Débat

Gérard FRANC, vice-Président d’, a suivi de très prés les débats dans les Assemblées et insiste sur la distinction entre les deux « paquets » d’infrastructures ferroviaires LGV avant 2020 et après 2020 et sur un amendement voté au Sénat visant à bouleverser l’ordre établi des projets et promouvoir le dossier le plus achevé sur le plan des études. Doit-on engager un nouveau cycle d’études ?

René SOUCHON : « notre pré étude fonctionnelle a été faite : il n’est pas question d’en refaire d’autant que les moyens financiers nous feraient défaut mais je suis l’un des membres du comité de pilotage de la ligne appelée Paris-Orléans-Bourges-Clermont-lyon et j’y jouerai tout mon rôle. Je veux faire en sorte qu’ intègre cette structure ».

Gérard FRANC insiste sur la rentabilité de l’ensemble du système TRANSLINE.

René SOUCHON lui promet que cet argument sera bien repris lors des discussions sur le cahier des charges de l’importante étude menée par l’Etat et 6 régions. Il indique que les cartes projetées depuis le début de notre assemblée et qui accompagnent les exposés sont l’œuvre de Ludovic FOUCHE qu’il tient à féliciter pour la qualité de ses travaux. Ces documents sont tout à fait parlants lorsque l’on veut présenter et justifier notre projet : elles participent pleinement à la promotion de notre association.

Les participants à l’AG s’associent à ce compliment mérité par des applaudissements.

Michel CANIAUX indique, pour sa part, qu’il nous revient de propager les résultats de notre étude.

Bertrand SALVAT met l’accent sur l’intitulé officiel de cette ligne LGV et sur les interprétations auxquelles il donne lieu : il pense qu’il y a, pour le moins, un abus de langage.

Philippe MONTERET se demande s’il va y avoir vraiment accélération des études et mises en chantier. Pour lui les projets prennent, dans leur ensemble, du retard.

René SOUCHON reprend et élargit son propos précédent sur l’emprunt européen. Le Parlement européen a voté à une assez large majorité le principe de cet emprunt qui sort de la réglementation puisque la pratique de l’emprunt était prohibée. Mais la crise est là et certaines règles sont assouplies. Suite à ce vote exceptionnel, il va falloir le lancer, pour lui les choses vont bouger nécessairement.

Michel CANIAUX précise que les études se poursuivent, à la cadence prévue, sur le Poitiers-Limoges.

Bertrand SALVAT estime que le problème du tracé ou du fuseau de la LNbis Paris-Lyon est à mettre en relation directe avec le composition du Comité de pilotage : si n’y est pas cela signifie que le tracé/fuseau est déjà arrêté et que les territoires au sud de Bourges n’auront pas d’équipement LGV : les deux éléments sont liés.

Suite à l’intervention de Gérard FRANC souhaitant une plus forte implication de l’Europe, René SOUCHON précise bien l’ordre des choses : l’Europe ne peut acter un projet sans que le gouvernement du pays concerné ne le lui ait proposé antérieurement : il faut donc opérer au niveau national d’abord : nous savons que la seconde marche sera franchie ensuite avec facilité, puisque nos contacts à Bruxelles sont plus que positifs.

Marc DELAYER soulève la question de la popularisation d’ dans les milieux économiques.

René SOUCHON reconnaît que dans ce secteur de l’opinion n’a pu jusqu’ici agir autant que souhaitable : l’administration de l’association, ses obligations que lui vaut sa représentativité reconnue, la priorité donnée à la présence d’ dans le champ parlementaire à l’occasion de la loi Grenelle 1 ont fait que notre lobbying est sans doute moins avancé dans ce secteur. Nous comptons cependant déjà un certain nombre de CCI, d’établissements industriels comme le Port de La Rochelle et une Fédération professionnelle.

« Le numéro 19 de " Transports 2020 ", qui va paraître dans les prochains jours, porte exclusivement sur le fret ferroviaire : son contenu comprenant, entre autres, un article du Directeur du Port de La Rochelle, que je salue puisqu’il est parmi nous ce matin, un autre du Président des Stratégies Territoriales et de l’Aménagement du Territoire à la CCI du Rhône, constituent notre première démarche ciblant les milieux économiques gravitant autour du transport.

« Les 24, 25 et 26 mars, animera un stand au Salon du Transport International et de la Logistique. Porte de Versailles.

« Ces deux éléments ne sont pas étrangers l’un à l’autre et constituent une première réponse concrète à cette préoccupation par sa mise en œuvre dans les prochains jours. »

La suggestion d’une pétition à destination des entreprises est retenue : la rédaction en est confiée au Secrétaire Général qui se mettra en relation avec nos membres institutionnels touchant au secteur fret.

René SOUCHON s’assure auprès d’Antoine MENEGAUX, le webmaster d’, que le site d’ est en mesure d’accueillir techniquement les retours de cette pétition.

Un participant va prendre l’attache du Président André MARCON, pour examiner ses modalités d’acheminement ; il rendra compte au Secrétaire Général et au Délégué Général des conditions pratiques à observer.

Josiane FAURE insiste sur la qualité de l’argumentation : il y a le court, le moyen et le long terme à prendre en compte.

Julien NORE prêtera son concours parce qu’il est au contact quotidien des chefs d’entreprises.

René SOUCHON le remercie et ajoute qu’il va demander aux CESR d’agir en parallèle avec nous ; il conclut « c’est le moment opportun, c’est maintenant ! ».

Thierry BENOIT tient à manifester sa satisfaction de participer à ces travaux et de la dynamique qui anime l’association (projets/décisions/comptes-rendus/état des lieux/étape suivante). Il suggère des interventions au niveau des SCOT et demande quelle démarche on peut suivre localement. Enfin quid au niveau du gouvernement ? Le député d’Ille et Vilaine prêtera son concours en tant que parlementaire mais aussi au niveau du « pays de Fougères ».

Un certain nombre de journaux institutionnels peuvent constituer, selon lui, autant de bons vecteurs.

René SOUCHON le remercie de sa présence et en souligne le mérite : la distance Fougères St Etienne n’est pas commode à franchir, comme il tient à adresser le même compliment à Marc DELAYER venu spécialement de Cholet pour représenter Gilles BOURDOULEIX son député-maire …preuve, s’il en était besoin, que les liaisons interrégionales ne sont pas faciles et de l’utilité que se réalise notre projet.

René SOUCHON est persuadé que le gouvernement est très au fait de notre projet mais ensuite, il se décline au niveau local : lui-même travaille quasi quotidiennement avec le Préfet de la région Auvergne : il ne doute pas d’une prise en compte d’un projet-système aussi complet et rationnel que TRANSLINE.

Bertrand SALVAT donne l’exemple de ce qui se passe sur le Poitiers-Limoges qui nous offre un modèle de pédagogie et où chacun trouve naturellement sa place. C’est pourquoi il invite les membres de l’AG à consulter ce site : il y a beaucoup de choses qui s’y passent, il y a beaucoup à apprendre et à adapter localement. Il est indiqué que le 10 avril prochain, lors du Colloque animé par la ville de Poitiers et par l’Association des Villes et des Régions de la Grande Vitesse ; une séquence sera consacrée spécialement à TRANSLINE comme le précise d’Alain CLAEYS dans la lettre qu’il vient de nous adresser.

Daniel DUGLERY a accepté de représenter le Président d’ à cette importante manifestation qui contribuera à la mise en valeur de la notion de transversalité.