Association - Déroulement de la séance

RENE SOUCHON remercie les membres présents, fait état des excuses reçues de nombreux élus retenus dans leurs collectivités pour cause d’élection des exécutifs locaux et rend compte de son travail comme de celui de son équipe depuis son élection lors de l’A.G.E de POITIERS le 12 octobre 2007.

Le document de bilan d’activité, remis à chaque participant, en donne le détail : colloques, entrevues au niveau ministériel et européen, déclarations communes avec d’autres présidents de régions, conférences de presse, lettres à des ministres rendues publiques, contacts par courrier avec les principaux candidats aux élections municipales concernées par le fuseau Transline, succès de la pétition en ligne, rencontres avec des partenaires économiques importants, publications notamment dans le magazine Ville et Transports.

Dans le même temps, l’étude se concluait, pour sa quatrième et dernière partie, avec le Cabinet CLARACO.

L’action a été intense et continue, ponctuée de résultats positifs, mais « il faut poursuivre et accentuer encore nos efforts ».

Le Président conclut son introduction par sa volonté de promouvoir une synergie entre Transline et le Paris-Lyon bis par l’ouest aboutissant à un « effet fuseau ».

MICHEL CANIAUX, vice-Président, reprend les atouts du réseau TRANSLINE, « trois branches un projet » : sur les plans européen (livre vert, projet RTE, excellent accueil du projet que nous portons), français (déclarations multiples et concordantes de Dominique BUSSEREAU sur l’indispensable mise en œuvre de la transversalité), portuaire (« relance des ports » par François Fillon, perspective d’un trafic de 10M EVP. qu’il faudra bien transporter sans utiliser le seul mode routier !) interrégional (en invitant des régions voisines à travailler ensemble sans devoir communiquer entre elles par l’intermédiaire de l’Ile de France).

La parole est donnée au Cabinet CLARACO pour une présentation rapide de son travail : un document est également distribué aux participants. Les chiffrages proposés par les cabinets précédents, tant pour le fret ferroviaire que pour les voyageurs, sont confirmés par d’autres méthodes de calculs croisés : en ce qui regarde le fret, le potentiel avait été cependant sous-estimé. Cette observation sera confirmée au cours des débats par des représentants d’institutions portuaires.

Le Facteur 4 qui désigne l’engagement pris en 2003, devant la communauté internationale, par le Chef de l’Etat et le Premier Ministre de « diviser par un facteur 4 les émissions nationales de gaz à effet de serre du niveau de 1990 d’ici à 2050 » est introduit dans l’étude et conduit à une approche encore plus évidente de notre projet.