ferroviaire - Les questions posées

Aujourd'hui, des questions sont posées :

Existe-t-il une culture transport ?
Pourquoi le transport ne mobilise-t-il pas ?
L’aménagement du territoire peut-il être équitable ?
L’Arc Atlantique a-t-il une consistance ?
Les transports sont-ils dommageables à l'environnement ?
A l’heure de la construction européenne, l’absence de transversalité est-elle encore acceptable ?
Que faire du trafic transpyrénéen, une fois franchi le Massif ?
Comment le diffuser sur le reste du continent européen ?
L’intermodalité est-elle un leurre ?
Les ports atlantiques, alternative sérieuse aux ports du Bénélux ?
Faut-il construire un troisième aéroport parisien ?
Les grandes infrastructures ne se font-elles pas au détriment de l’amélioration des infrastructures existantes ?
Y a-t-il de la place pour le transport régional ?
Comment financer les projets pour qu’ils répondent aux urgences ?
Quelles infrastructures ferroviaires pour après-demain ?
L’Europe a-t-elle une politique des transports ?
etc...

répond à ces questions en développant, dans ses statuts, les six priorités suivantes :


Créer et entretenir une véritable culture transport, des personnes et des marchandises.
Concourir à l’aménagement équilibré du territoire tout en préservant l’environnement.
Œuvrer pour la réalisation de la transversale ferroviaire, fret ferroviaire et voyageurs, Alpes-Massif Central-Atlantique (TAA-TRANSLINE) de dimension européenne, dans un esprit d’intermodalité avec l’aérien, le maritime, les réseaux ferroviaires ferroviaires et routiers existants.
En proposant des schémas maritimes en prolongement des grands axes, routiers et ferroviaires, dessinés par TAA-TRANSLINE.
En mettant en réseau les grands aéroports de province concernés par la TAA-TRANSLINE (Notre-Dame des Landes, Mérignac, Blagnac et St-Exupéry).
En développant le transport régional voyageur dans un esprit intermodal et en optimisant les infrastructures pour qu’il s’intègre au réseau TAA-TRANSLINE avec la garantie de la continuité de la performance.

Ces priorités s’inscrivent dans une logique de dimension européenne. Elles permettent d’interconnecter trois axes intégrant la TAA-TRANSLINE :

La région Ile de France se trouve du même coup soulagée de trafics de transit qui ne la concernent pas.


Des dizaines de milliers d’emplois de créés,
Avec les autres projets d’infrastructures, du travail pour une génération.

C’est TAA-TRANSLINE,
la véritable colonne vertébrale
du réseau TGV européen en devenir