POCL,fret-voyageur - Repenser le POLT

à travers une vision d'avenir...

en articulation avec le Poitiers-Limoges tant dans son exploitation que dans sa gouvernance afin d'en faire un outil dynamique de l'aménagement du territoire et rompre avec un modèle remontant aux années soixante avec l'apparition du Capitole (1967).

Les opposant qui visent à détruire gratuitement le Poitiers-Limoges sans avoir de solutions crédibles à proposer et prolongent ainsi le retard pris par l'Indre et le Limousin pour se doter d'infrastructures de qualité . Ils font croire que la seule alternative de sauver le POLT c'est de « tuer » le Poitiers-Limoges. Ils mènent les débats au nom de riverains qui demandent juste des garanties et non pas la sauvegarde d'un monument historique.

Leur vision du POLT est une vision passéiste, un déni de réalité en voulant conserver quelque chose qui n'existe déjà plus. L'idéologie l'emporte sur la volonté de redynamiser le ferroviaire qui ne cesse d'être en perte vitesse avec une baisse continue de la fréquentation à cause justement d'une dégradation du service suite à la persistence d'un schéma figé et désormais inadapté. Paris-Limoges en 2h50 n'est plus qu'un lointain souvenir. Aucune proposition sur ce que peut être le POLT de demain. Allégations gratuites et slogans tiennent lieu d'argumentaire.

Grand malentendu suite à des maladresses : La technostructure s'est adressée à des opposants sans s'adresser aux riverains inquiets avec un projet qui les concerne et les rassure. Les riverains demandent légitimement des garanties et on leur parle d'une réduction des dessertes de 10 à 4. Or, en y regardant de plus près, en termes de fréquence, seules sont concernées par une réduction Châteauroux (9 AR) en déficit de 5 AR et La Souterraine (5AR) en déficit d'un AR. La relation Vierzon-Limoges (5AR) serait en déficit d'un AR.

Villes moyennes riveraines pénalisées ? Il faut simplement redimensionner et adapter la desserte de la ligne classique dans un nouvel environnement et lui donner un nouveau rôle en fonction des ambitions que l'on a pour les territoires concernés. Cela va au-delà d'une volonté ou des possibilités d'un opérateur ferroviaire. Pour produire un schéma de dessertes innovant, il faut s'affranchir des carcans et cela passe par une nouvelle gouvernance qui permettra un saut qualitatif.

Exemple : LGV Paris-Tours
La ville de Blois à la population urbaine comparable à celle de Châteauroux (45000h) et à la population comunautaire et à celle de l'aire urbaine supérieures à celles de cette dernière. ne s'est jamains insurgée contre la LGV. De 2000 à 2011, le service Aqualys offrait un service de qualité via15 liaisons quotidiennes directes avec Paris . Le service s'est ensuite dégradé suite à une gouvernance laissée à l'initiative de l'opérateur avec seulement 4 services directs et 13 avec changement à Orléans.

Contestation spécifique au POLT qui devrait conduire non pas à la non réalisation du Poitiers-Limoges mais bien à la garantie de dessertes honorables transformant une contestation protestataire en une une contestation légitime, utile et productive.

Or, le niveau de desserte est le résultat de calculs suite à estimation de report et non à une volonté de développer le territoire et cette histoire de 4AR est un véritable chiffon rouge, une déclaration de guerre. Mais peu importe , il faut tout revoir de fond en comble pour un service adapté et performant à la nouvelle donne. Aujourd'hui, on se bat pour le POLT sans savoir ce qu'il pourra offrir....d'où les propositions ci-dessous pour en finir avec les discours vagues.

C'est pourquoi propose une véritable refondation en jouant sur la complémentarité entre POLT et ligne nouvelle Poitiers-Limoges avec pour but de contribuer à la structuration de la région ALPC et du triangle Bretagne-Pays basque-Lyon.

Que vaut-il mieux ? Conserver inchangé un service ou promouvoir un service de qualité adapté et capable d'attirer de nouveaux clients ? Une desserte apportant souplesse aux voyageurs ou des trains lourds aux fréquences irrégulières comme c'est le cas maintenant ? Vouloir jouer la continuité du POLT au niveau du service actuel est coûteux au niveau de l'exploitation sans donner satisfaction aux usagers qui le désertent au profit de la voiture, du covoiturage et des bus, tant il s'agit de part et d'autre de Limoges de deux parcours aux caractéristiques différentes :

  • Paris-Limoges : vitesse limite 200 km/h, partie la plus peuplée.
  • Limoges-Toulouse : vitesse plus élevée 160 km/h, partie la moins peuplée.

La continuité des deux tronçons devra être assuré via une correspondance à Limoges

D'où une exploitation nord et sud avec un cadencement qui jouant sur un matériel automoteur à la capacité adaptée de 360 places pour POLT NORD et de 210 places pour POLT SUD permet une meilleure fréquence et repositionne le rail dans le marché des transports sur cet axe nord-sud en ayant tous les atouts d'une alternative à la route par sa performance retrouvée et amplifiée en termes de fréquence. Cette reconfiguration se base sur un niveau de desserte jamais égalée propre à rassurer via des garanties dont celle offerte par une gouvernance adaptée.

  • Association,transport - Nouvelle desserte - 06/2016

    Une exploitation dynamique pour dynamiser les villes riveraines du POLT afin de reprendre des parts de marché au profit du train sur les parcours intermédiaires et réinstaller le train dans les esprits pour une mobilité durable. Exploitation qui pourrait être du type ci-dessous. La Souterraine ...

  • POCL,fret-voyageur - Nouvelle gouvernance - 06/2016

    Pour pouvoir doter les riverains du POLT d'une telle desserte dynamique, il faut définir une nouvelle gouvernance car un opérateur est, en effet, incompétent pour définir des missions d'aménagement du territoire. POLT NORD : AOT (Autorité organisatrice) = Etat + Ile de France + Centre Val de ...