POCL,grande vitesse - Qui sont les opposants

Quatre types d'opposants aux motifs bien différents :

  • Les NIMBY (« Not In My BackYard »), ceux qui ne veulent pas que ça passe sur leur terrain, que l'on retrouve dans tous les projets. Humainement compréhensible, il faut veiller à ce que les indemnités soient en rapport avec le dommage subi. La majorité de ceux-là risquent de rester insensibles à toute proposition, au moins peut-on leur offrir à vie 12 voyages par an pour aller à Paris via la LGV, pour eux et leurs enfants tant qu'ils vivent sous leur toit.
  • Les partisans de la mise à 2X2 voies de la RN147 comme le Conseil départemental de la Vienne. Ceux-là sont en complet décalage dans un contexte de COP21. Ils se sont démasqués après l'annulation de la DUP en appelant à la réalisation sans délai de la mise à 2X2 voies de la RN147, la qualifiant d'alternative à la LGV. Insensibles sinon hostiles à toute solution ferroviaire qui pourrait retarder leur propre projet. Ils prévoient sans doute d'y exploiter des cars...
  • Les riverains de l'actuelle ligne POLT qui craignent de perdre beaucoup et qui sont manipulables, au gré des rumeurs, tant qu'ils ne sont pas intégrés à un projet garanti. Orléans et Vierzon vers Limoges et Toulouse ET Issoudun, Châteauroux, Argenton et La Souterraine vers Paris, Limoges et Toulouse.
    Ils ne veulent pas que leur territoire devienne un désert ferroviaire. Aucun sens d'annoncer 4 allers-retours, 4 allers-retours sur la base de rame tractées actuelles de 7 ou 14 voitures ? C'est le rendu de modèles mathématiques qui n'entendent rien à l'aménagement équilibré du territoire impossible à quantifier selon les aveux de la technostructure lors de différents débats publics.
  • Certains écologistes, hostiles par doctrine à toute idée de ligne nouvelle, pourtant nécessaire pour maintenir le train dans le marché de la mobilité et des déplacements. Continuer à faire preuve de pédagogie en expliquant qu'il ne suffit pas de claquer les doigts pour transformer une ligne classique apte à 200 km/h. Ils s'émeuvent des dégats environnementaux que peuvent causer de tels travaux malgré les mesures de compensation prévues, puis inquiets sur le prix qui sera demandé à l'usager et qui, selon eux, exclura une partie importante de la population.
    Et les divers : des gens en réaction contre la société et qui voient là un moyen d'abattre ce qu'ils considèrent comme un totem de plus de cette société exécrée, au même titre que ND des Landes ou le Lyon-Turin.

Il convient de s'appliquer à répondre en priorité aux riverains de la ligne POLT avec des propositions sérieuses.