Association,TGV - TRANSLINE et l'Aquitaine

Avec TRANSLINE, l’Aquitaine devient, enfin, un véritable carrefour en s’ouvrant sur l’est européen et anticipe l’avenir grâce à un itinéraire plus court et à l’abri de la congestion. Carrefour entre l’Italie, la Suisse, l’Europe centrale, l’Allemagne et la Péninsule ibérique, l’Aquitaine sera en liaison directe avec tous ces pays. Des relations, qui ne seraient pas atteignables dans des délais raisonnables avec le détour par le sud qui nécessitera toujours 1h30 de plus, seront rendues possibles par voie ferroviaire. TRANSLINE mettra ainsi Bordeaux à 3h15 de Genève, 3h45 de Turin, 4h30 de Milan, 5h de Stuttgart...

Le Conseil Régional d’Aquitaine est conscient que la structuration et le renforcement de ses territoires passent par le cadre européen. C’est pourquoi, il accorde une grande importance aux coopérations européennes dont une notamment avec l’Emilie- Romagne (agro-alimentaire et jeunesse) dont elle pourra se rapprocher grâce à TRANSLINE.

TRANSLINE permettra de renforcer des axes qui sont chers à l’Aquitaine : Tours-Bordeaux avec 3 millions de voyageurs supplémentaires, Bordeaux-Espagne et Bordeaux-Toulouse. Si TRANSLINE rapprochera l’Aquitaine de Lyon et offrira un itinéraire alternatif pour les relations avec la Bourgogne, la Franche-Comté et même l’Alsace, elle raccourcira également les distances-temps avec les Pays de la Loire (Bordeaux-Nantes 1h45) et la Bretagne (Bordeaux-Rennes 2h15).

Grâce à TRANSLINE, l’Aquitaine cessera d’être prisonnière du seul corridor nord-sud en permettant une échappatoire pour les flux sud-ouest - nord-est ce qui conduit à un allègement du traditionnel axe nord-sud. TRANSLINE pourra générer une autoroute ferroviaire Espagne-Italie.

Certes, l’Aquitaine a trois grands projets TGV, tous complémentaires de TRANSLINE qui arrive en quatrième position, mais les échéances ne sont pas les mêmes, c’est pourquoi, il n’y a pas de concurrence entre projets. Comme l’a dit très justement le Président du Conseil Régional, Alain Rousset, lors du démarrage de la démarche Aquitaine Horizon 2020, véritable exercice prospectif : « Même si 2020 peut paraître lointain, c’est dès aujourd’hui que se prépare l’Aquitaine de demain. Ainsi, la Ligne à Grande Vitesse qui mettra Bordeaux à 2h10 de Paris a été décidée en 2003, entrera en travaux en 2008 et s’achèvera en 2016. Prendre les bonnes décisions aujourd’hui, c’est concevoir des projets qui détermineront durablement notre futur et celui de nos enfants. Penser, anticiper, c’est donner du sens, de l’ouverture à l’action publique régionale, et surtout tenter d’être maître de nos choix, afin de ne pas subir les évènements parce que nous n’aurons pas suffisamment regardé devant. »