Association,TGV - TRANSLINE une ligne TGV nationale à vocation européenne

René SOUCHON

TRANSLINE, en tant que ligne à grande vitesse nationale, a une vocation européenne claire. Elle intègre les projets prioritaires inscrits au programme des Réseaux Trans-Européens de Transport de la Commission Européenne.

La portion française est destinée à relier la liaison multimodale Portugal - Espagne (projet nº 8) à la liaison Est-ouest Stuttgart - Vienne (projet nº 17) d’une part, et au train à grande vitesse/transport combiné entre la France et l’Italie (projet nº 6) d’autre part. Cette portion empruntera le TGV Sud Europe Atlantique de la frontière espagnole à Angoulême pour rejoindre ensuite Limoges, Clermont-Ferrand et Lyon. On peut aussi considérer qu’il s’agit d’un maillon du corridor européen V Lisbonne-Kiev.

Transline génère ainsi un véritable réseau européen avec des relations internationales de 5h30 au plus concernant jusqu’à 3 pays, comme, par exemple, Turin à 5h30 de Bilbao et de Vitoria.

TRANSLINE est destinée à recevoir à la fois des trafics de voyageurs aux meilleurs niveaux de performances de la grande vitesse et des flux de marchandises dans le cadre d’une mixité de l’infrastructure, dont les modalités restent à définir.

Limoges et Limousin, plaque tournante du réseau TRANSLINE

Elle présente la particularité et l’avantage d’intéresser un grand nombre de relations et ainsi de cumuler plusieurs segments de marché potentiels. En effet, après étude, il ressort très nettement que cette infrastructure nouvelle permettrait d’accueillir et de dynamiser :

  • les relations interurbaines entre villes plus proches en distances temps de Paris que de leurs voisines immédiates : Nantes – Poitiers, Clermont-Ferrand – Limoges, ... Ces relations sont pour l’instant très majoritairement routières et la qualité de l’offre TER (Trains Express Régionaux) proposée est variable, notamment en raison de l’état de l’infrastructure. Elles présentent néanmoins des potentiels de trafics importants pour la mise en place d’offres TER-GV,
  • les relations transversales de dimension nationale (Nantes – Lyon ; Bordeaux – Clermont-Ferrand , etc...). Seule la mise en place d’une offre TGV performante sur ces relations actuellement moribondes peut relancer de façon significative les trafics. On ne passera plus par l’Ile-de-France!
 BORDEAUXCHOLETCLERMONT-
FERRAND
GENEVELIMOGESLYONNANTESPOITIERSRENNESROANNELA
ROCHELLE
BARCELONA 5h004h00 3h45 4h30 5h003h30 
BILBAO 4h153h455h052h453h503h45 4h154h00 
DONOSTIA 3h303h104h302h153h153h00 3h303h25 
GENEVE3h154h002h15 2h30 3h303h004h001h454h15
MADRID 5h305h15 4h155h155h00 5h305h15 
MILANO4h155h003h15 3h45 4h304h005h003h005h15
STUTTGART5h00 4h00 4h15    3h45 
TORINO3h454h152h30 3h00 3h453h154h152h154h30
VITORIA 4h053h455h052h503h503h35 4h054h00 

De même, TRANSLINE constitue une ouverture ferroviaire supplémentaire pour les flux de marchandises, qu’ils proviennent de l’ouest, depuis la péninsule Ibérique ou des ports de l’Atlantique (La Rochelle / Nantes – Saint-Nazaire, Bordeaux...), ou qu’ils arrivent de l’est, à savoir du bassin d’activités rhodanien et/ou de l’Italie du Nord, bientôt accessible par la Transalpine (Lyon-Turin), - les flux d’échanges entre territoires, puisque TRANSLINE facilitera leur accessibilité globale, les reliant ainsi à l’ensemble de l’espace européen : Espagne, Italie, Suisse, Allemagne et au-delà vers l’Europe centrale. Ainsi, par exemple, Rhône-Alpes, outre son intégration dans l’hinterland des ports de l’Atlantique, jouira d’un accès direct à la Péninsule ibérique occidentale.

Le cumul de plusieurs fonctionnalités permet d’atteindre un potentiel de demandes pertinent.