ALTRO,LGV - Jean-Pierre LIMOUSIN : Transformer le rêve en réalité

Jean-Pierre LIMOUSIN

Jean-Pierre LIMOUSIN,
Président de la CCI de Limogeset de la Haute-Vienne.

Il n’est pas de grande époque sans grands travaux de nature à rapprocher les hommes et à faire circuler les marchandises. Les progrès technologiques du XXe siècle seraient sans grande portée s’ils ne permettent pas de franchir des obstacles qui apparaissaient dirimants aux époques antérieures. Ce sont ces deux postulats que tout le monde partage qui permettent aujourd’hui de considérer comme réaliste, accessible et finançable un projet tel que celui porté par l’association dans sa perspective de relier le sillon rhodanien à l’arc atlantique par une ligne ferroviaire TGV. Il ne s’agit pas seulement, comme certains pourraient le penser, de corriger une anomalie cartographique évidente du réseau ferré français. Il ne s’agit pas non plus seulement d’aller corriger des déséquilibres territoriaux, héritages du centralisme de l’ancien régime et du XXe siècle, qui ont laissé à l’écart des grands équipements infrastructurels modernes des villes comme Saint Etienne, Clermont-Ferrand, Montluçon ou Limoges. Il s’agit de doter le coeur de la France d’un équipement moderne au service :

  • d’une répartition harmonieuse des activités sur l’ensemble du territoire national,
  • de la volonté et de l’intérêt de la France d’être le grand carrefour occidental de la péninsule européenne,
  • du positionnement de notre pays et nos régions sur l’axe majeur Lisbonne-Kiev qui sera, à terme, si nous nous en donnons les moyens, une épine dorsale de la grande Europe,
  • d’une réelle perspective de développement durable, prenant ses racines dans les technologies ferroviaires les plus modernes, susceptibles, en outre, de connaître des améliorations spectaculaires en termes d’économies et de performances.

Et pour le responsable économique que je suis, j’y vois en outre la formidable synergie qui pourra être développée avec le barreau TGV Poitiers-Limoges-Brive qui en 2016 verra circuler un TGV sur une ligne LGV, et qui sera le premier maillon de la chaîne transnationale que nous avons l’ambition de construire ensemble. Il ne faut pas regarder ce projet avec les lorgnettes du siècle dernier.

En dix ans, l’effondrement des taux d’intérêt, l’émergence du partenariat public-privé, les conditions de refinancement à très long terme, les nouveaux critères de calcul de rentabilité économique, ont bouleversé la lisibilité d’un tel projet. Ils permettent aujourd’hui de transformer le rêve en réalité. Il ne tient qu’à nous!