Association,TGV - Michel CANIAUX : Un aménagement du territoire équilibré

Michel CANIAUX

Michel CANIAUX,
Vice-Président et fondateur d’

a permis de réfléchir pour la première fois sur la transversalité en tant que telle. Les résultats de la pré-étude fonctionnelle montrent qu’il fallait oser et ne pas s’arrêter aux avis d’« experts » qui, sans avoir rien étudié, déclaraient péremptoirement que notre projet était irréaliste. Le passage de la transversalité par le Massif Central, caricature immuable de notre désert français, la condamnait. Allait-on laisser passer une occasion de réaliser enfin un schéma d’aménagement du territoire équilibré ?

Dès lors, , voulant la réussite de la vraie transversalité, a du relever le défi d’amener la Grande Vitesse à des régions qui n’y étaient pas éligibles selon les définitions originelles qui, il y a 25 ans, faisaient du gagner du temps sur le temps un privilège. Or, la Grande Vitesse n’est pas un luxe ; si elle ne résume pas le chemin de fer à elle seule, elle est la norme du réseau européen qui s’élabore actuellement. Sachant qu’aucun flux pris isolément ne peut justifier la grande vitesse sur un axe transversal, superposons-les pour en rentabiliser chaque section. D’où le montage TRANSLINE qui combine tout en les intégrant dans le réseau européen trois transversales sur lesquelles on n’en finit pas de pleurer aujourd’hui Nantes-Lyon, Nantes-Bordeaux et Bordeaux-Lyon.

Notre pré-étude fonctionnelle n’est surtout pas une étude de plus puisque c’est la première sur ce thème et, en ce sens, elle constitue le point de départ vers une reconnaissance officielle.

La récente annonce du doublement de la LGV Paris-Lyon donne naissance à une branche nord de TRANSLINE vers Bourges et Paris qui viendra conforter la branche est vers Lyon tout en permettant une liaison Paris - Clermont-Fd performante. Gagner 1h30 en moyenne sur Clermont-Paris vaut assurément le coup, c’est une amélioration des conditions de vie. En gagner autant sur Clermont-Lyon, c’est une révolution rétablissant la proximité géographique, sans parler de Clermont-Péninsule ibérique occidentale où le gain de 12h15, c’est la découverte de l’Amérique...

Enfin, TRANSLINE, c’est aussi un couloir pour le fret ferroviaire sous ses divers aspects : route roulante, conteneurs, fret express rémunérateur. Un espoir aussi pour tous les ports de l’Atlantique qui pourront enfin jouer le rôle de « portes de l’Europe » en élargissant leur hinterland. Les collectivités qui ont répondu présentes depuis le début ne doivent pas se lasser mais bien être rejointes très rapidement par toutes celles qui ont attendu jusqu’ici mais qui aspirent à un aménagement du territoire équilibré.