Association,transport - Historique

Jusqu’en 1973, la distance Nantes-Bordeaux, 376 km, était couverte en 5 heures.

En 1974, suite à des travaux importants avec la mise à 140 km/h de nombreuses sections, le temps de parcours est ramené à 4 heures. A l’époque, le réseau ferroviaire autoroutier, ou de voies express, étant pratiquement inexistant, ce temps était compétitif puisque le même trajet par la route demandait cinq heures environ.

Les années ont passé, et peu à peu le réseau autoroutier atteignit cette partie du territoire national jusqu’à l’achèvement récemment de la section Fontenay-le-Comte – Niort qui réduisit le parcours Nantes-Bordeaux à 3 heures.

Là encore, il faut savoir que lorsqu’un automobiliste dit avoir mis trois heures pour rallier deux villes, il signifie de porte à porte à la différence du voyageur ferroviaire qui ne prend en compte que le temps de gare à gare, soit pour la relation considérée quinze à vingt minutes supplémentaires à chaque bout, soit un temps global de 4h30 à 4h40 dans le meilleur des cas. On voit bien que si l’origine du voyage est Nantes-sud pour aller à Bordeaux-nord, l’avantage de la voiture sera encore plus grand.

Les parcours intermédiaires sont aussi peu compétitifs par voie ferroviaire :
Ainsi La Roche-sur-Yon – Bordeaux s’établit aujourd’hui par route entre 2h20 et 2h30 contre 3h15 par le train.
La Rochelle-Bordeaux : 1h35 contre 2h05
La Rochelle-Nantes : 1h25 contre 1h50

Le manque d’entretien a conduit à réduire la vitesse sur certaines sections (La Roche/Yon-La Rochelle) allongeant de quelques minutes les temps de parcours (3h56 en 2007 contre 3h52 en 2002). Pour accélérer les trains, l’exploitant en est réduit à supprimer des arrêts comme le prouve son insistance à vouloir le faire à Luçon pour gagner seulement 3 à 4 minutes.

La fréquentation a baissé et aujourd’hui tout le monde s’accorde, avec raison, à vouloir sauver cette ligne ferroviaire sachant que si rien n’est fait, c’est la fin. D’aucuns ont conscience qu’un nouveau souffle est nécessaire et rend publiques ses propositions.