ALTRO,TGV - Le Réseau Armorique et l’arrimage à l’Europe

Le Réseau Armorique relié à l’Europe grâce à ND des Landes et à la TAA

La TAA, c’est l’occasion unique pour la Bretagne et les Pays de la Loire d’être situés sur un corridor ferroviaire européen. En effet, un dossier est en cours de montage pour faire inscrire la TAA dans le corridor V : Lisbonne-Kiev.

Elle assurerait la continuité du réseau ferroviaire interrégional et permettrait d’améliorer les relations du Grand Ouest au sein de la façade atlantique (vers Bordeaux et l’Espagne, les îles britanniques...), et de se greffer aux grands axes ferroviaires d’échanges du cœur économique de l’Europe (axe rhodanien, axe Milan-Munich-Francfort-Bruxelles-Amsterdam/Londres), tout en évitant le goulot d’étranglement parisien.

La connection avec ND des Landes assurerait le rayonnement européen des métropoles concernées conformément aux objectifs du contrat métropolitain Loire-Bretagne.

Notre-Dame-des-Landes : plus qu’un aéroport, une aéroville

A l’instar des gares, les grands aéroports internationaux s’affirment d’aujourd’hui comme de grands carrefours d’échanges par excellence, qui associent mobilité et activité, où les gens et les entreprises, la logistique et le commerce, l’information et les loisirs se rencontrent.

Les aéroports tendent donc à devenir des villes aéroportuaires ou « aérovilles », comprenant de vastes zones d’activités tertiaires, logistiques, industrielles, voir ludiques, spécialement conçues par les autorités aéroportuaires pour valoriser les flux de biens et de personnes transitant par les plate-formes. Dans une économie planétaire qui fonctionne en temps réel, ces lieux permettent donc la poursuite de l’activité économique dès la descente de l’avion ou entre deux correspondances ferroviaires.

Ce concept, générateur d’activités économiques à haute valeur ajoutée, pourrait être intégré à une échelle moindre dans le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à condition toutefois de déterminer son rôle vis-à-vis des autres pôles d’activités environnants.

Ainsi, au cœur de l’espace métropolitain Rennes-Nantes, à proximité immédiate par le fer des deux centre-villes de Nantes et de Rennes, l’aéroville permettrait d’offrir suffisamment de foncier d’activités pour soulager leurs marchés de l’immobilier d’entreprise respectifs. De plus, afin de rentabiliser les investissements, les futures autorités aéroportuaires pourraient transformer la position excentrée de l’aéroport en Europe en atout selon les principes suivants :

  • pour attirer les opérateurs aériens, considérer l’aéroport à mi-chemin de l’Europe du nord, de la péninsule ibérique et des pays du Maghreb, puis sur le principal fuseau aérien mondial (Etats-Unis-Europe-Japon) ;
  • Afin d’attirer les investissements étrangers dans l’espace métropolitain, définir une stratégie de marketing territorial basée premièrement sur la proximité géographique du triangle décisionnel Paris-Londres-Bruxelles, fortement congestionné, deuxièmement sur l’attractivité des prix de l’immobilier et du foncier vis-à-vis de cet espace, et troisièmement sur le cadre de vie des territoires bretons et ligériens.

D’autre part, l’aéroport assurerait le rôle de principal pôle logistique lié au fret ferroviaire aérien dans le Grand Ouest, en complémentarité de la plate-forme logistique de Châteaubourg près de Rennes, s’affirmant quant à elle comme le principal pôle logistique lié au fret routier et ferroviaire. De plus, si l’interconnexion ferroviaire de l’axe Rennes-Nantes aux environs de Rennes devait voir le jour près de Châteaubourg , une chaîne de transport logistique efficace et complète (air/fer/route/maritime) se dessinerait entre Saint-Nazaire, Notre-Dame-des-Landes, et Châteaubourg.

A proximité immédiate, les pays de Redon et Châteaubriant pourront bénéficier des retombées économiques liées à l’aéroville, et constitueront certainement des territoires privilégiés pour l’installation des actifs travaillant sur le site aéroportuaire.

Enfin, en s’affirmant comme la future centralité du bipôle métropolitain Rennes-Nantes et du Réseau Armorique, l’aéroport s’imposerait comme le lieu privilégié de rencontre des acteurs économiques du Grand Ouest, source de nouvelles synergies entre ceux-ci, stimulant les forces vives du territoire.

Il est clair que ces conditions supposeront l’élaboration d’un projet de développement des territoires autour du site, pleinement intégré dans le grand projet de constitution du bipôle métropolitain Rennes-Nantes, pour un développement harmonieux et durable de ce dernier.