Armorique,transport - Une réponse aux Grands défis du Grand-Ouest

Outre le TGV, l’aéroport, ou encore l’excellent réseau routier, le Réseau Armorique est destiné à donner une consistance à ce Grand-Ouest en le structurant afin qu’il cesse d’être une coquille vide tournée exclusivement vers Paris. Il contribue à la construction et à l’affirmation d’une véritable image interrégionale visible et lisible au plan national, européen et mondial, au renforcement de l’attractivité des régions qui le composent et à l’accroissement de la compétitivité de ces dernières.

Réponses aux trois défis :

Développer les relations entre les villes
Le Réseau Armorique rapproche des villes séparées jusque-là par de grands vides telles que Poitiers, La Rochelle, Caen, Brest...

Maîtriser le développement urbain diffus et préserver le cadre de vie.
Développer l’emploi à commencer par celui lié a tourisme, épargner le cadre de vie par le choix de modes de déplacement les moins coûteux en nuisances. Certes, les voitures actuelles polluent beaucoup moins, mais le développement continu du trafic annule ces belles performances. Or, le réseau Armorique opérera une rupture par un report de la voiture vers le transport collectif.
Les départements littoraux champions du tourisme se doivent de soigner leur accessibilité tant en ménageant leur environnement menacé par les déferlantes automobiles estivales.. Que penser d’un département qui se désintéresserait de ces questions ?

Se rapprocher des grands centres de décisions nationaux et internationaux
Le Réseau Armorique accroît la zone de chalandise de l’aéroport avec Poitiers, Caen et La Rochelle, comme réservoirs de clients réguliers. Ainsi, aujourd’hui, on considère que les limites pour la clientèle régulière s’établissent à une heure : le nouvel aéroport en plus d’une part non négligeable de la clientèle finistérienne, capterait une nouvelle clientèle en Charente-Maritime, dans les Deux-Sèvres, la Vienne, la Mayenne, le Calvados voire la Sarthe. ND des Landes est l’aéroport d’un bassin de 9 millions d’habitants. Rétablissement du bon sens : toutes les villes du Grand-Ouest, y compris Le Mans, sont plus proches de ND des Landes que de Roissy ou Orly.

La mobilité professionnelle interurbaine serait favorisée et de nouvelles dynamiques de solidarité interurbaines entre des bassins d’emplois aujourd’hui faiblement interconnectés (Nantes-Saint-Malo, Angers-Rennes...), basées sur l’exploitation de complémentarités fonctionnelles, apparaîtraient.