Bretagne,TGV - Un constat accablant

  • un réseau ferroviaire ferroviaire en décalage par rapport au réseau routier : un réseau routier quasiment achevé, un réseau ferroviaire encore à créer,
  • un différentiel de distances au détriment du rail (Nantes-Rennes, Brest-Quimper, Nantes-La Rochelle...)
  • des performances médiocres par rapport aux potentialités du ferroviaire ,
  • un manque de lisibilité des pouvoirs du ferroviaire,
  • les collectivités en charge des routes continuent de développer celles-ci quelle que soit leur utilité.
  • jusqu’à une date récente, on ne jugeait pas utile de développer le ferroviaire.
  • absence de plan de développement ferroviaire interrégional, seule dimension pertinente pour appréhender la réflexion transport, dans un cadre intermodal.
Relations Temps ferroviaires
 (meilleurs temps actuels) 
Temps routiers
  Nantes-Rennes 1h15 1h00
  Rennes-la Roche/Yon 2h15 1h45
  La Rochelle-Nantes 1h50 1h30
  La Rochelle-Rennes 3h15 2h30
  La Rochelle-Vannes 3h20 2h30
  Quimper-Brest 1h10 0h45
  Caen-Rennes 3h00 1h45
  Nantes - St-Malo 2h30 1h45
Ces temps s’entendent de porte à porte pour la voiture et de gare à gare pour le train, il convient
donc de rajouter à ces derniers une moyenne de 30 minutes pour les parcours d’approche.

Aujourd’hui, l’habitant du Grand-Ouest n’a pas le choix sur la majorité des relations, il doit utiliser la voiture pour ses déplacements. Le travail à faire est énorme , c’est un sacré défi à relever.

Malgré des efforts, il reste aventureux de se déplacer en train, hors des axes ferroviaires mis en qualité (Le Mans-Nantes-St-Nazaire ; Rennes-Brest et Rennes-Quimper), dans l’Arc Atlantique où l’accessibilité n’a progressé que pour le mode routier. Les correspondances varient du meilleur au pire et conjuguées aux faibles performances de certaines lignes ferroviaires obèrent un peu plus les temps de parcours globaux.

LE FERROVIAIRE DE PAR SES PERFORMANCES GLOBALES EST HORS-MARCHE SUR LA MAJORITE DES RELATIONS INTERNES AU GRAND-OUEST.