Un projet ferroviaire résolument européen

Crédit : www.wallconvert.com

Toute l'actualité

Le 7 juin 2016, Michel Caniaux, Délégué Général , sera à Madrid pour présenter la Via Atlantica dans le cadre de la journée annuelle consacrée au développement ferroviaire dans la Péninsule ibérique. Ce sera l'occasion d'européaniser un peu plus la démarche devant un parterre d'acteurs économiques et du monde du transport qu'il faudra convaincre de rejoindre .

Programme de la journée

www.iberianraildevelopment.com

Conférence sur le développement ferroviaire - Madrid, 7 juin 2016

Le 7 juin, à Madrid, le Délégué Général a présenté la Via Atlantica dans le cadre de l'évènement annuel organisé par Iberian Rail Development, devant 150 acteurs économiques, gestionnaires d'infrastructures et opérateurs ibériques. Après une écoute attentive, des propositions ont été faites pour consolider dans un premier temps les axes Santander-Bilbao/Vitoria-Bordeaux-Limoges-Lyon-Turin-Milan et Santander-Bilbao/Vitoria-Bordeaux-Nantes-Rennes/Brest. Ce fut aussi l'occasion pour le Délégué Général de renforcer son réseau ibérique avec notamment un nouveau contact avec le port de Leixoes (Porto).

Une opportunité enfin de mettre à jour les actualités concernant la Péninsule ibérique avec notamment l'annonce par ADIF, le gestionnaire espagnol d'infrastructures, de poursuivre la construction de LGV à voie unique pour économiser les coûts qui varient de 9,4 millions d'euros/km à 24,8 millions/km selon les lignes.

L'Association prend acte de l'annulation par le Conseil d'Etat de la DUP de la LGV Poitiers Limoges mais regrette que ce projet n'ai été pris en considération seulement comme une fin en soi comme on peut le lire dans le communiqué concernant le rendu du jugement. L'Association réitère pour l'avenir, la nécessité de prendre bien plus en considération la dimension « Est-Ouest » du projet de LGV Limoges Poitiers.
Communiqué du Conseil d'Etat sur la LGV Poitiers-Limoges

L'association qui a soutenu depuis l'origine le projet de LGV Limoges Poitiers a toujours défendu le principe que celui-ci ne devait pas être un point d'aboutissement ultime mais qu'il fallait l'inscrire dans un schéma global d'aménagement du territoire. Il s'agit d'améliorer son intérêt en terme d'aménagement du territoire et de faciliter son financement. Il doit plus que jamais s'inscrire dans un cadre incluant la modernisation du réseau existant et la construction d'infrastructures nouvelles afin d'assurer le développement et le désenclavement tant du Massif Central que de la façade atlantique.

En plus de donner la possibilité à de nombreux départements de gagner une heure de trajet ferroviaire par l’ouest, la LGV Poitiers Limoges doit être le premier maillon de cette ligne Européenne Est-Ouest, Via Atlantica, dont la France à besoin pour un maillage ferroviaire équilibré de son territoire national. Il s'agit de construire de nouvelles interconnexions entre régions et à l'intérieur des régions aux territoires désormais redessinés.

L'Association entend poursuivre son action en faveur de ce projet de grande transversale Européenne Est-Ouest allant de l'Italie à l’ensemble de la façade Atlantique, de Caen à Lisbonne,reposant sur la réalisation de la LGV Limoges Poitiers et la réactivation de l'axe ferroviaire Bordeaux-Limoges-Guéret-Lyon.

L’Association a toujours dit que la LGV Poitiers-Limoges ne devait pas avoir uniquement comme objectif de gagner une heure sur la liaison Paris-Limoges.

C’est aussi la dimension transversale qui fait tout son intérêt, mais on n’a jamais voulu entendre cet argument de bon sens qui donnait un aménagement du territoire équilibré et une rentabilité plus réaliste. L’association milite pour la liaison fret et voyageur du corridor atlantique au corridor méditerranée à la hauteur de Lyon. C’est le projet de la Via Atlantica (www.altro.org) destinée à relier la façade atlantique européenne à l’Italie/l’Europe centrale tout en renforçant les projets LGV programmés comme GPSO (Grand Projet ferroviaire du Sud-ouest) et Poitiers-Limoges.

C’est seulement en reconnaissant l’appartenance du Poitiers-Limoges comme premier maillon de la Via Atlantica d’ qu’il aurait des chances de bénéficier de fonds Européens.

Le colloque fondateur de la Via Atlantica le 1er juillet 2015 au Parlement européen de Bruxelles a confirmé l'intégration à cet axe européen façade atlantique-Italie de la LGV Poitiers-Limoges qui pourrait être à ce titre financée jusqu'à 40% par des fonds Européens.

Le rapporteur public aurait du en tenir compte et globalement donner aussi des chances de développement aux Régions du Limousin, de l’Auvergne et du cœur du Massif Central dont la surface correspond à celle du Portugal !

Si par malheur notre territoire doit se passer de LGV avec le développement fulgurant des transports par Bus et du covoiturage qui mettront à mal les liaisons de trains inter cités et TER que restera-t-il de nos voies de chemin de fer !

Quel futur économique pour nos territoires ?

Nous devons nous mobiliser pour l’Avenir de notre Région.

Colloque fondateur de la communauté d'intérêts Via Atlantica
Confereza fondatrice della comunità di interessi Via Atlantica
Conferencia fundarora de la comunidad de intereses Vía Atlántica
Founding conference of the Via Atlantica community of interests

Après la bonne nouvelle de la DUP du Poitiers-Limoges, le 5 janvier dernier, un nouveau tronçon de la Via Atlantica a été validé. Il s'agit du Lyon-Turin, confirmé par le sommet franco-italien du 25 février dernier. Peu de temps auparavant, la Commissaire aux transports, Violeta Bulc, avait réaffirmé le Lyon-Turin priorité du corridor Méditerranée.

Le 26 le dossier pour la demande de financement européen à la hauteur espérée de 40% a été déposé à la Commission européenne.

Le coût total est de 8,6 milliards d'euros pour le tunnel de base de 57 km, dont 2,2 milliards pour la France, 2,7 pour l'Italie et 3,3 pour l'UE pour un gain de temps de 45 minutes, et un gain total de 2h13 une fois les accès réalisés. La mise en service du tunnel de base est envisagée pour 2028.

Une nouvelle société, qui prend la suite de LTF (Lyon-Turin Ferroviaire), a été constituée : Telt (Tunnel Euralpin Lyon-Turin) pour une participation de 50% des chemins de fer italiens et de 50% de l'Etat français.

Toutefois, le besoin pour la période 2014-2020 est estimé à 3 milliards dont 1,2 milliards pour l'Europe à prendre sur les 26,4 milliards alloués aux infrastructures de transports pour la période 2014-2020 soit 5% du total. De quoi rassurer les opposants qui craignaient que le Lyon-Turin détourne la grande majorité des fonds au détriment de nombreux autres projets. La part de la France pour cette période serait de 940 millions, soit pour des travaux débutant en 2016, 188 millions par an !

Le Président français et le Président du Conseil italien ont déclaré que le Lyon-Turin était une pièce essentielle pour les grands flux de transport et pour les échanges économiques de la Péninsule ibérique à l'Europe de l'Est via la France et l'Italie. Un prélude à la reconnaissance officielle de la Via Atlantica ?

Extrait du Populaire du 31/01/2015

Vendredi 30 janvier, le conseil général de la Vienne a décidé de demander à l’Etat de retirer le décret n°2015-18 du 10 janvier 2015 déclarant d’utilité publique et urgents les travaux nécessaires à la réalisation de la LGV "Poitiers-Limoges".

Un recours gracieux a été déposé. Selon le vice-président du conseil général de la Vienne chargé des finances, Guillaume de Russé, « la DUP a été inscrit au JO sans prendre en compte les rapports défavorables à la construction de cette ligne, et plus précisément le rapport Duron "Mobilité 21" en juin 2013, l’avis défavorable émis par la Cour des Comptes concernant le coût trop important de ce projet, l’avis défavorable émis par la SNCF considérant le taux de trafic surévalué, et le fait que cette construction entraînerait le gel de terrains agricoles dans le Sud Vienne. »

Le conseil général affirme également qu'il refuse catégoriquement de participer au financement de la LGV et que sa priorité est la mise à 2x2 voies de la RN 147-149.

Le président d' Jean-Michel Guerre s'en est ému

Réponse de Claude Bertaud, président du Conseil Général de la Vienne

est satisfait de la déclaration d'utilité publique concernant la LGV Limoges Poitiers, et signée par le Préfet le 11 janvier, en premier lieu pour l'avenir du Limousin et parce qu'elle contrarie pour une fois les recommandations faites par les « grands décideurs » du transport ferroviaire qui n'ont jamais voulu considérer ce projet dans sa globalité.

Pour l'association , il est fondamental que la LGV Limoges Poitiers soit aussi considérée comme le premier maillon d'un axe ferroviaire européen qui consiste à relier l'Italie, l'Europe Centrale à la façade Atlantique tout en participant à la structuration de la future grande région Aquitaine - Poitou-Charentes - Limousin.

Sur le plan de son financement, il y a urgence de reconsidérer le projet pour en améliorer sa rentabilit :

  • Dès son ouverture la LGV Limoges Poitiers, première infrastructure nouvelle à atteindre l'aire du Massif Central, doit s'appuyer sur le réseau ferroviaire existant et favoriser le développement de trains interrégionaux orientés d'Est en Ouest (Guéret-Limoges-Poitiers-La Rochelle, Limoges-Poitiers-Nantes/Rennes voire Limoges-Poitiers-Bordeaux) avec un matériel adapté pour participer aux transports de la vie quotidienne.
  • L'axe Bordeaux Lyon via le Limousin doit être réhabilité pour constituer la dorsale d'un axe ferroviaire européen Est-Ouest, Via Atlantica, de première importance qui renforcera la LGV Limoges Poitiers comme un des premiers maillons.
  • Même dans une conjecture financière contrainte considère que les investissements de l'Etat et de l'Union Européenne doivent être dédiés prioritairement aux régions oubliés du désenclavement ferroviaire, plutôt que de renforcer les flux en direction des plus grand centres urbains. Ces fonds doivent en premier lieu servir un schéma de dessertes plus cohérentes qui consiste à s'appuyer à la fois sur le réseau existant (POLT - Liaison ferroviaire Lyon Bordeaux) et la création de sections de lignes nouvelles pensées pour leur multifonctionnalité.

La LGV Poitiers-Limoges sert le projet territorial du triangle de croissance Bretagne-Rhône Alpes-Aquitaine destiné à accueillir une partie de la croissance démographique à venir dans le cadre d'une politique d'aménagement équilibré du territoire.

Débat public Projet LNOBPL

Cahier d'acteur