est satisfait de la déclaration d'utilité publique concernant la LGV Limoges Poitiers, et signée par le Préfet le 11 janvier, en premier lieu pour l'avenir du Limousin et parce qu'elle contrarie pour une fois les recommandations faites par les « grands décideurs » du transport ferroviaire qui n'ont jamais voulu considérer ce projet dans sa globalité.

Pour l'association , il est fondamental que la LGV Limoges Poitiers soit aussi considérée comme le premier maillon d'un axe ferroviaire européen qui consiste à relier l'Italie, l'Europe Centrale à la façade Atlantique tout en participant à la structuration de la future grande région Aquitaine - Poitou-Charentes - Limousin.

Sur le plan de son financement, il y a urgence de reconsidérer le projet pour en améliorer sa rentabilit :

  • Dès son ouverture la LGV Limoges Poitiers, première infrastructure nouvelle à atteindre l'aire du Massif Central, doit s'appuyer sur le réseau ferroviaire existant et favoriser le développement de trains interrégionaux orientés d'Est en Ouest (Guéret-Limoges-Poitiers-La Rochelle, Limoges-Poitiers-Nantes/Rennes voire Limoges-Poitiers-Bordeaux) avec un matériel adapté pour participer aux transports de la vie quotidienne.
  • L'axe Bordeaux Lyon via le Limousin doit être réhabilité pour constituer la dorsale d'un axe ferroviaire européen Est-Ouest, Via Atlantica, de première importance qui renforcera la LGV Limoges Poitiers comme un des premiers maillons.
  • Même dans une conjecture financière contrainte considère que les investissements de l'Etat et de l'Union Européenne doivent être dédiés prioritairement aux régions oubliés du désenclavement ferroviaire, plutôt que de renforcer les flux en direction des plus grand centres urbains. Ces fonds doivent en premier lieu servir un schéma de dessertes plus cohérentes qui consiste à s'appuyer à la fois sur le réseau existant (POLT - Liaison ferroviaire Lyon Bordeaux) et la création de sections de lignes nouvelles pensées pour leur multifonctionnalité.

La LGV Poitiers-Limoges sert le projet territorial du triangle de croissance Bretagne-Rhône Alpes-Aquitaine destiné à accueillir une partie de la croissance démographique à venir dans le cadre d'une politique d'aménagement équilibré du territoire.