La Commission Mobilité 21 a fait une erreur en ne raisonnant que dans un contexte franco-français et en occultant la dimension européenne. Pour ce faire, son raisonnement aurait du partir de la carte des corridors afin de la compléter :

  • le corridor Méditerranée : par une branche Lyon-Montluçon-Limoges-Angoulème et Limoges-Poitiers, reliant le-dit corridor au corridor Atlantique.
  • le corridor atlantique : par une branche : Poitiers-Nantes-Rennes-Caen/Brest.

D'où la honteuse carte du maillage du territoire national par les corridors européens.

La carte a été influencée par les travaux de la Commission Mobilité 21 qui relègue au-delà de 2030 les réalisations de lignes nouvelles sauf Bordeaux-Toulouse, puis Bordeaux-Dax.