TRANSLINE/Barreau Est-Ouest (BEO), un outil majeur de la structuration du territoire français et européen

constate :

  • que la dernière version des cartes des RTE-T n'irrigue que très imparfaitement le territoire français dont des pans entiers sont ignorés, en particulier l'Auvergne, le Limousin et le Centre,
  • que les projets à dimension européenne ont vocation à être prioritaires,
  • que le projet BEO constitue, entre l'Atlantique et Lyon-Turin, un axe à part entière du réseau central (core network) des RTE-T mais que le POCL ne figure pas dans les RTE-T alors qu'il s'intègre au BEO dans sa partie sud (Montluçon / Lyon) avec les liaisons Nantes-Lyon et Bordeaux-Lyon.

demande :

  • que les projets POCL et BEO soient les outils d'un développement territorial équilibré et ambitieux, source de développement économique et d'une meilleure répartition démographique,
  • que dans le cadre d'une révision du RTE-T central :
    • Nantes intègre la liste des noeuds urbains européens du réseau central (« nodes of the core network ») qui fera de cette section du Barreau est-ouest un corridor européen pour les voyageurs,
    • le port de La Rochelle, au tonnage égal à celui de Bordeaux, intègre la liste des grands ports européens (« maritime ports »), la ligne La Rochelle-Poitiers étant dès lors associée au corridor européen est-ouest,
    • le port de Brest y a également sa place (argumentaire européen p.3),
    • le BEO soit intégré au RTE-T central afin de compléter le maillage du territoire européen en reliant notamment les capitales régionales entre elles.
  • que le débat public sur les lignes Bretagne Ouest et Rennes-Nantes, prévu en 2013, permette de mailler le réseau breton en cohérence avec le BEO,
  • que les études exploratoires soient lancées pour le Barreau Est-Ouest avec comme objectif Nantes-Lyon en moins de trois heures, Bordeaux-Lyon en moins de 2h30 et La Rochelle -Lyon en moins de 3h30.

Voté en Assemblée Générale le 5 juillet 2012