TRANSLINE
ALTRO

Transport 2020 n°18

Synthèse et unité !

La loi Grenelle I est en cours de discussion au Parlement : elle ouvre des perspectives nouvelles de report modal en matière de transports notamment au profit du ferroviaire, par la construction de lignes de notre temps, c’est-à-dire des Lignes à Grande Vitesse offrant à la collectivité un acheminement, dans les meilleurs temps, des voyageurs comme du fret à haute valeur ajoutée.

A l’occasion de ce débat, les tentations étaient grandes de promouvoir « sa ligne » ou « son tronçon ». Tout cela pouvait mal finir : ces concurrences pouvaient conduire à une loi sans débouchés concrets parce qu’inapplicable.

L’action menée par depuis plusieurs années (pré-étude fonctionnelle, validation de « fuseaux », repérage des meilleurs impacts) a construit un projet « systémique », le projet TRANSLINE, se caractérisant par la recherche de mises en cohérence et de conjugaisons positives au service d’un aménagement durable et équilibré du territoire. L’une de nos préoccupations permanentes consiste à apporter un avantage à toutes les collectivités, à tous les territoires, sans exception. Ce travail se poursuit.

C’est dans cet esprit que nous avons proposé un amendement à la Loi Grenelle (cf. Loi d’orientation Grenelle I) suffisamment explicite pour définir globalement les territoires couverts par la LGV TRANSLINE mais qui laisse encore beaucoup d’espace à la discussion : le temps de la pose des piquets sur le terrain, avant travaux, n’est pas encore venu !

Les députés ont voté le 16 octobre, à l’unanimité, un amendement du Secrétaire d’Etat aux Transports M. Dominique BUSSEREAU, qui se substituant à tous ceux déposés, détaille les projets de LGV à réaliser dans lesquels figurent en bonne place Poitiers-Limoges (2016) ; Paris-Clermont-Lyon et le barreau est-ouest (2020 – 2025). Au-delà des projets, et c’est là l’essentiel, il est préconisé la mise en cohérence des projets par des débats publics et des études afin d’aboutir à des projets qui se connectent, qui se complètent, qui s’articulent efficacement. Cette démarche rejoint la nôtre, c’est en ce sens que nous faisons la promotion du « système LGV TRANSLINE » qui sera réalisé par barreaux ou branches successives et interconnectées entre elles.

Accueil, écoute, synergie, intérêt général, synthèse, voilà notre ligne de conduite sur un tel enjeu. La raison appelle tous les acteurs, économiques comme politiques, à converger !

René SOUCHON
Président du Conseil Régional d’Auvergne
Président d’