ferroviaire - Colloque du 25 février à Clermont-Ferrand

Le 25 février à Clermont-Ferrand, en vue du futur Débat Public sur le POCL

A l’initiative de René SOUCHON, Président de la Région Auvergne, plus de 600 personnes étaient réunies le 25 février 2011 à la Grande Halle d’Auvergne. De nombreux élus étaient présents, venus d’Auvergne, du Centre, du Limousin de Rhone-Alpes, de la Creuse... De nombreux acteurs économiques et des responsables associatifs participaient également à l’évènement, ainsi que de nombreux particuliers.

Lors de ce colloque, René SOUCHON, a fait ressortir la nécessité de défendre le scénario « Ouest-Sud » pour le POCL, scénario le plus favorable à un aménagement équilibré du territoire et compatible avec la réalisation du « Barreau Est-Ouest » Lyon-Bordeaux et Lyon-Nantes-Rennes. Pour René SOUCHON, le schéma actuel de financement des infrastructures à hauteur de 30% environ par les collectivités locales n'est plus adapté et la solution viendra de la possibilité pour l'Europe d'emprunter pour construire un véritable réseau européen. Mais le POCL, à travers un simple « Paris-Lyon bis », n'aurait pas de dimension européenne.

Des participants motivés par le projet

François BONNOT, Président de la Région Centre, a fait part de son scepticisme sur les scénarios « est » et «médian », scénarios qui ne répondent pas selon lui à plusieurs préalables tels que les dessertes d'Orléans et du Cher par exemple.

Laure DEROCHE, maire Roanne, a souligné l'importance du passage par Roanne pour que sa ville puisse jouer un rôle actif dans le système métropolitain lyonnais, en lien avec l’agglomération clermontoise et Vichy. Un avis partagé par Marie Hélène RIAMON, vice-présidente de la Région Rhône-Alpes.

La LGV est un outil au service du développement, du dynamisme démographique et du report modal. L'importance d'une étoile d'importance judicieusement placée a été évoquée par plusieurs participants, comme étant la « passerelle » entre Lyon et l'Atlantique.

L'opérateur historique a précisé que, désormais, il n'interviendrait qu'une fois le tracé défini, conformément à la place qui est la sienne dans ces débats, et dont la maîtrise d'ouvrage revient exclusivement à RFF.

La Creuse s'arrime au projet, René ROULLAND, représentant Jean-Jacques LOZACH ayant bien indiqué que son département « ne raterait pas le train » : ce soutien de la part de la Creuse donne un argument supplémentaire en faveur du scénario Ouest-Sud.

Pour l’entreprise Michelin, représentée par Gérard DUHESME, Directeur des sites Michelin de Clermont-Ferrand, le POCL corrigera un handicap, l’absence de la grande vitesse représentant un manque réel pour Clermont-Ferrand.

Jean-Bernard DUVERNOIS, intervenant pour l’ensemble des CCI d’Auvergne et de la Loire, a affirmé qu’une lourde erreur serait commise de déconnecter les projets POCL, Clermont Lyon et le Barreau Est-Ouest.

Le Préfet coordinateur, Patrick STEFANINI, a recommandé à tous de « bosser sur le dossier » afin d'arriver au Débat Public avec des arguments concrets.

Des conseils pour avancer

Une réalisation rapide, - 2025 -, est conditionnée par l'addition d'un consensus fort, de la crédibilité du projet et de l'adhésion des populations au projet. Des stratégies d'alliances sont indispensables en vue du Débat Public et au-delà, pour maintenir la dynamique à un bon niveau jusqu’à la réalisation de l’ouvrage.

qui a étudié des solutions concrètes susceptibles d’aboutir à un consensus quasi-optimal (cf. Transport 2020 n°21) a centré son propos sur la nécessaire desserte des bassins de vie en leurs gares centrales, les gares nouvelles gardant leur pertinence pour les trajets à longue distance. Sur la construction concomitante avec « l’échine centrale » de la LGV, défend la construction de courtes antennes (entrées et sorties) vers ces gares centrales ainsi que la revitalisation d’étoiles ferroviaires en liaison avec un renouveau des lignes historiques, les unes et les autres étant complémentaires.