ALTRO - Une analyse fine du SNIT par

Une analyse fine du SNIT par est en cours. Mais déjà, regrette le côté trop franco-français du SNIT et l'absence de vision européenne. Ainsi, le barreau Limoges-Angoulème n'a pas été retenu alors que ces 100 km permettent de constituer la Branche Centrale Européenne (BCE) et de donner ainsi la dimension européenne à l'ensemble du système TRANSLINE, et notamment au Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL), simple problème d'exploitation vu de Bruxelles. En outre, un tel axe ferroviaire Bordeaux-Lyon, plus court de 350 km par rapport à l'itinéraire via Toulouse, génèrerait des économies d'énergie et d'exploitation, répondant aux critères environnementaux du SNIT.

La DATAR l'avait pourtant intégré, le Ministère des Transports ne l'a finalement pas retenu en raison de l'absence de soutien des collectivités aquitaines. Il est encore temps pour celles-ci de réagir afin qu'elles ne sacrifient pas une partie de leurs intérêts en laissant passer la chance d'être sur un nouveau corridor européen .

Le même cas de figure se retrouve pour la section Rennes-Caen et l'indifférence des élus bas-normands AINSI QUE pour les prolongements de TRANSLINE en Bretagne, Rennes-Brest et Rennes-Quimper. Là encore, les collectivités concernées, en rejoignant , marqueraient leur volonté de faire aboutir ces projets.