TGV - L’association TGV Grand Centre Auvergne à Clermont-Ferrand

L’association TGV Grand Centre Auvergne a organisé un colloque à Clermont-Ferrand pour populariser et faire le point sur l’avancement du projet POCL (Paris-Orléans-Clermont-Lyon). Si à la tribune, la mise en garde de n’évoquer un quelconque tracé a été répétée à plusieurs reprises, les participants disposaient d’un document qui ne laissaient pas planer le doute sur ce tracé puisque après Nevers, la voie appelée à desservir Clermont-fd n’est pas une LGV mais la voie historique Nevers-Clermont.

Divers articles, parus à cette occasion dans le journal La Montagne, relataient la pensée des responsables de TGV GCA à savoir le concept d’accroches par rapport à une colonne vertébrale (LGV) qui effleurait l’Auvergne pour gagner, à partir des environs de Nevers, la vallée de la Saône et Lyon (cf. projet SNCF)

Orléans, comme Bourges, comme Châteauroux, comme Nevers et a fortiori Montluçon comme Clermont se situeraient, chacune, « au bout » d’une « accroche » sur voie normale dépassant toutes les 50 km et allant pour Clermont jusqu’à 157 km.

Deux questions seulement ont pu être posées : l’une portant sur la participation financière disproportionnée des collectivités locales à la construction des futures LGV, l’autre pour faire clarifier ce qui constitue l’ambiguïté de la dénomination POCL qui laisse entendre une ligne LGV en continu d’une ville à l’autre, alors qu’un des projets contredit cette interprétation pour répondre au postulat d’un temps de parcours entre Paris et Lyon de 1h40.

Il fut répondu que cette méthode (celle affichant ainsi un temps de parcours impératif entre les deux extrémités) constituait une « mauvaise méthode » susceptible de faire avorter le projet.

La salle a applaudi.

Une majorité de participants étant Auvergnats, ces derniers ont démontré leur détermination à tout faire pour que le POCL ne se contente pas d’effleurer l’Auvergne.