TGV - 13 octobre : colloque à Roanne en faveur du POCL (Paris-Orléans-Clermont-Lyon)

Un colloque pour poser le décor

Organisé par le Grand Roanne et Epures, l’agence d’urbanisme de Saint-Etienne à laquelle adhère Roanne, le colloque a exprimé le désir des 11 collectivités présentes pour un tracé le plus à l’ouest et le plus au sud possible pour se rapprocher au maximum de Clermont, Vichy et Roanne et, comme l’ont souligné des intervenants, de faciliter la réalisation de TRANSLINE. Ces allusions à TRANSLINE, alors que le sujet était la LGV POCL, montre que loin d’être secondaire dans le dossier, TRANSLINE en permettant non seulement un Lyon-Nantes mais aussi et surtout un Lyon-Bordeaux porteur de la dimension européenne entre un Lyon-Turin et un Bordeaux-Espagne, apporte un poids décisif au passage du doublement de Paris-Lyon à l’ouest.

La présentation du TGV Rhin-Rhône avec ses trois branches a montré la pertinence d’un tel montage solidaire qui a réussi à mobiliser et à déboucher sur une réussite grâce à une association, et une seule, garante de la cohérence de l’ensemble. TRANSLINE et ses trois branches, est un projet qui, dans sa configuration, se rapproche plus du POCL que de LN1bis selon les souhaits des collectivités membres d’ présentes.

SAINT-ETIENNE METROPOLE : Lyon ou Roanne ? Entre les deux son cœur ne balance pas encore...

L’animateur de la table ronde a demandé à l’élu de Saint-Etienne Métropole sur le ton de la plaisanterie ce qu’il faisait là puisqu’ils avaient déjà le TGV. A Saint-Etienne, ils ne croient pas vraiment à une relation de et vers Paris via Roanne. En 28 ans de TGV, l’habitude a été prise de passer par Lyon. Le calcul est vite fait en comptant sur les 20 minutes de gain de temps par le tracé le plus direct entre Paris et Lyon, la différence via Roanne ne serait plus que de 10 minutes obtenues au prix de travaux importants et dès lors rédhibitoires. Cela sonnerait comme une occasion manquée de faire de Roanne-Saint Etienne un axe ferroviaire performant reliant tout un tissu urbain : aujourd'hui, il faut 85 minutes contre 40 dans le cade d'une modernisation poussée.

Cependant les deux options - tracé aménagement équilibré du territoire et tracé direct - semblent difficilement compatibles... Si Saint-Etienne Métropole veut rester solidaire et s’impliquer vraiment dans la démarche aménagement équilibré du territoire prônée par ses alliés du jour, ne faudra-t-il pas qu’elle finisse par faire le choix de Roanne ? L’accessibilité par Roanne aurait l’avantage de décongestionner Saint-Etienne – Lyon au profit du TER.

Pas de tracé, mais des incontournables

Si tout le monde est d’accord pour dire que l’heure n’est pas encore venue de parler tracé, des incontournables apparaissent : Orléans, Bourges, Vichy, Roanne, ceux-là même qu’ s’est fixé, et pour cause, 9 des 11 collectivités présentes au colloque sont membres d’... Il ne reste plus qu’à se rapprocher au maximum de... Montluçon... et la ligne sera bouclée avec le maximum de fonctionnalités, le record par rapport tous les autres projets POCL ou LN1bis.

, fidèle à sa mission d’aménagement équilibré du territoire, veillera à ce qu’il n’y ait pas d’exclus de la LGV mais bien intégration de toutes les collectivités situées dans la zone d’influence de TRANSLINE au sein du nouveau réseau ainsi généré.

continue avec ses adhérents

Quoiqu’il en soit, , encouragée par l’exemple Rhin-Rhône, continuera, avec ses adhérents, à défendre l’ensemble TRANSLINE et ses trois branches, dont le POCL, confiante pour l’avenir suite aux bons résultats déjà obtenus.

Le 20 mars, à l’occasion de notre assemblée générale, le groupe de travail chargé d’anticiper le débat public POCL sera lancé.