TGV - au SITL (salon international du transport et de la logistique)

avait tenu un stand au Salon européen de la Mobilité en juin 2008, disposera d’un stand au S.I.T.L. qui aura lieu du 24 au 26 mars à la Porte de Versailles à Paris.

Ces participations à ces deux salons marquent bien la double problématique, fret ferroviaire et voyageurs, du projet TRANSLINE portée par .

De la nécessité de répondre préalablement à un certain nombre de questions

Dans le cas de TRANSLINE, si des avancées ont bien été enregistrées au cours du débat sur le GRENELLE I, des questions se posent encore appelant des réponses pour éviter des décisions hâtives hypothèquant des réalisations ultérieures ou les rendant, à terme, plus coûteuses que si elles avaient été anticipées. Ainsi parmi ces questions :

  • les branches est et ouest sont-elles les seules à avoir pour vocation d’assurer du fret ou la mixité de la branche nord apporterait-elle une plus value ?

  • quels standards pour le fret (longueur des trains, tonnages, etc. ?). Jusqu’où pousser les avantages d’une infrastructure nouvelle pour s’affranchir des contraintes historiques notamment en matière de gabarit ?

  • quelle place occupera TRANSLINE dans le réseau dédié fret envisagé ?

  • à l’heure où la réflexion s’affine sur le Poitiers-Limoges et où la mixité n’est pas du tout prévue, il faut se poser la question en cohérence avec l’éventuelle acceptation du trafic de containers liés au développement des ports atlantiques. Le sujet semble aujourd’hui tabou, mais il faudra bien l’aborder sans pour autant rouvrir le débat public clos il y a deux ans. Une telle intégration génèrerait-elle des coûts supplémentaires et dans l’affirmative, lesquels ? A contrario combien coûterait à long terme un rejet pur et simple aujourd’hui de cette possibilité ?

  • comment raccorder TRANSLINE au Lyon-Turin dans le nœud lyonnais ?

  • quelle mixité ? n’a-t-elle pas intérêt à développer une mixité innovante pour ne pas hypothéquer les performances de la LGV ?

TRANSLINE + FERRMED = le maillage européen :

La priorité nord sud (FERRMED, dédié fret sur un axe ferroviaire Espagne-Scandinavie) semble l’emporter sur un axe est-ouest tant au niveau européen que national. C’est pourquoi, TRANSLINE promeut un axe européen Lisbonne-Salamanca-Burgos-Vitoria-Bordeaux-Lyon-Turin-Milan-Venise-Ljubjana-Zagreb-Budapest, voire au-delà vers la frontière ukrainienne. A l’heure où des trains de fret relient la Chine à l’Allemagne, ce genre d’axes au long cours s’avère tout à fait pertinent.

Au S.T.I.L. on pourra ainsi mesurer l’intérêt de deux grands axes européens complémentaires et contribuant au maillage ferroviaire du continent.