fret-voyageur - TRANSLINE au service d’une répartition harmonieuse de la population

Le 13 janvier 2009 a eu lieu la présentation des chiffres du recensement 2008 couvrant la période de 2004 à 2008.

Où se situent les 64,3 millions d’habitants recensés dans la France métropolitaine et les départements d’outre-mer ?

Deux grands vainqueurs : les zones rurales et les centres villes.

Les zones rurales : après des décennies de déclin, elles retrouvent la même progression que les zones urbaines. Les quatre secteurs concernés le Bassin Parisien, le Grand Sud-Est, l’Ouest et le Sud-Ouest sont concernés par l’une ou l’autre des trois branches de TRANSLINE.

Quant aux zones de décroissance démographique, elles diminuent de moitié passant de 7,2% du territoire à 3,2%. (zones portuaires ou à fort tissu industriel : Nord et Est de la France).

Les centres villes : après une période de stagnation, ils connaissent à nouveau une croissance principalement au sud d’une ligne Brest-Lyon, soit encore une zone TRANSLINE. La croissance démographique est de deux sortes :

  • solde migratoire, synonyme d’attractivité (Ouest, Bassin Parisien, Bordeaux, Perpignan, Montpellier, Toulouse, Marseille ou Nice)
  • solde naturel : nord et est.

La population française reste encore concentrée autour du pôle parisien et des grandes agglomérations avec une densité globale de 113 h/km² (5è rang européen).

Les zones les plus désertifiées ou de faibles densités se trouvent dans les massifs montagneux, dont bien évidemment le Massif Central.

L’originalité d’ et de TRANSLINE

Si fait la promotion d’une ligne LGV TRANSLINE, celle-ci est perçue comme un outil d’aménagement équilibré du territoire. Il y a, en effet, deux manières de tracer les nouvelles infrastructures ferroviaires :

  • en tenant compte des couloirs traditionnels de circulation et en n’ayant de cesse de les renforcer en creusant l’écart avec les autres territoires. C’est le cas d’un axe ferroviaire PLMN Paris-Lyon-Marseille-Nice.
    A noter que le littoral méditerranéen est l’objet d’un autre projet d’envergure ARCOMED Valence-Barcelone-Marseille-Nice-Gênes
  • œuvrer pour une répartition harmonieuse de la population : utiliser l’infrastructure comme un outil de l’expansion du développement économique. Cela va moins de soi et il faut mettre en œuvre une véritable politique anticipative. C’est le but d’, faire vivre la dynamique, entre le moment de la naissance de l’idée et celui de l’inauguration, en cherchant les nouvelles synergies et solidarités.

Le développement a bien quatre points cardinaux et notamment en période de crise où aucune piste ne doit être négligée.