TGV - Le ministre du Medad, Jean-Louis Borloo esquisse la transversalité

ALTRO ASSOCIATION LOGISTIQUE TRANSPORT OUEST
   

 

Clermont-Ferrand Chamalières, le 15 février 2008


Monsieur le Ministre d’Etat,

Je tenais à vous faire part de ma vive préoccupation en réaction à votre entretien paru dans le quotidien Le Figaro du 13 février 2008, par lequel vous avez souhaité rendre publics les nouveaux projets de lignes à grande vitesse qui sont étudiés par le gouvernement.

Je prends acte et partage vos déclarations concernant la nécessité de liaisons grande vitesse transversales province-province, et ce, afin d’éviter aux voyageurs, qui souhaitent se déplacer dans des délais raisonnables d’une capitale régionale à une autre, les transits par Paris (cas d’une liaison Clermont Ferrand -Bordeaux par exemple).

Je tenais toutefois à vous rappeler que l’association , dont j’ai été élu président le 12 octobre dernier, mène depuis 8 ans une très grande réflexion quant à la nécessité d’aménager une transversale grande vitesse reliant la façade atlantique au couloir rhodanien par le Massif Central. Il s’agit du projet TRANSLINE.

Notre association fédère aujourd’hui autour du projet « TRANSLINE Alpes-Massif-Central-Atlantique », 31 collectivités et institutions consulaires (dont 4 Régions, 5 Départements, 11 communautés d’agglomérations, 7 Chambres de Commerce et d’Industrie) ainsi que de nombreux adhérents institutionnels individuels (députés, sénateurs).

Comme je vous l’indiquais par le courrier en date du 22 octobre 2007, depuis deux ans, l’association finance une étude fonctionnelle et de faisabilité sur le projet TRANSLINE. Cette étude, d’un montant de 250.000 euros, a d’ailleurs reçu le soutien de l’Etat via une participation financière de 50.000 euros du Commissariat du Massif Central. La phase 4 sera achevée d’ici deux mois.

Les résultats de la phase trois (étude de trafic) ont été rendus publics lors des premières rencontres nationales sur la transversale à grande vitesse à Clermont-Ferrand le 26 octobre dernier, rencontres auxquelles ont participé plus de 350 personnes (élus, représentants consulaires, etc...).

Les points saillants de cette étude trafic montrent que TRANSLINE a un potentiel de trafic à l’horizon 2030 de 15,3 millions de voyageurs sur l’ensemble de ses tronçons (dont 7,5 millions sur le seul axe Clermont-Lyon et 6 millions sur l’axe Poitiers-Limoges), et un potentiel de fret ferroviaire s’élevant à 11,3 millions de tonnes.

Vous trouverez en PJ à ce courrier la synthèse de l’étude (cabinet JLR Toulouse 2007).

Au-delà de ces résultats plus qu’encourageants et qui positionnent le potentiel de l’axe TRANSLINE à la hauteur des prévisions de trafic d’autres projets actuellement actés (LGV Bordeaux-Toulouse : 5,5 millions de voyageurs annuels selon les prévision de RFF), je tenais également à vous faire part de l’avis commun des Conseils Economiques et Sociaux Régionaux d’Auvergne et de Rhônes-Alpes, rendu en 2005 et qui soutient sans réserve la création de l’axe TRANSLINE (copie de l’avis en PJ).

Cet avis m’a d’ailleurs été récemment confirmé par un soutien du Président de la Région Rhône-Alpes au projet TRANSLINE, afin de permettre une ouverture à l’ouest de sa région (courrier en PJ).

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, je tenais à vous faire part de la vive préoccupation des membres de notre association et plus globalement des élus du Massif Central quant à tout projet de liaison transversale qui, une fois de plus, contournerait les centre de la France, un territoire de 4 millions d’habitants, qui ne peuvent se contenter de liaisons radiales vers Paris et qui doivent, aujourd’hui et à l’avenir, franchir un parcours du combattant pour atteindre, en train, des villes proches (Poitiers-Clermont ; Limoges-Lyon, etc...).

Je souhaiterais donc pouvoir vous rencontrer le plus rapidement possible afin de vous exposer la nécessité de prendre en compte dans les décisions du prochain Comité Interministériel d’Aménagement et de Compétitivité du Territoire dédié aux Transports l’inscription de la LGV TRANSLINE, dont deux barreaux sont à ce jour actés (Poitiers-Limoges et Lyon-Turin), et dont le troisième barreau est à l’étude (Clermont-Lyon, dans le cadre du doublement de la ligne LGV Paris-Lyon par l’ouest).

L’inscription de cette LGV transversale, qui multiplie les fonctionnalités (Bordeaux-Lyon-Turin ; Nantes-Bordeaux ; Clermont-Limoges-Poitiers-Nantes ; etc...) et donc les flux, constitue pour les territoires du Massif Central, de l’arc atlantique et du couloir rhodanien, une priorité en matière d’aménagement du équilibré et solidaire du territoire, une opportunité raisonnable pour éviter les congestions prévisibles sur l’arc languedocien ; et enfin, une porte d’entrée vers le centre de gravité de l’europe qui se déplace à l’est.

C’est d’ailleurs dans cet esprit que le Commissaire européen chargé des Transports, Monsieur Jacques Barrot, avec lequel j’ai eu un entretien en janvier, m’a signifié son intérêt pour le projet TRANSLINE. La transversale Alpes - Massif Central - Atlantique a, en effet, une véritable vocation européenne comme vous pourrez le constater avec la carte des relations possibles à moins de 5 heures offertes par le projet.

En outre, ce dernier m’a indiqué qu’en prévision de la révision du schéma européen des infrastructures de transports prévue en 2009-2010, ce projet pourrait faire l’objet de financement européen (études, etc..), à condition qu’il soit acté au CIACT et défendu par le gouvernement.

Par conséquent, afin de pouvoir vous exposer dans le détail les possibilités offertes par ce projet majeur d’aménagement du territoire, je vous réitère mon souhait, sans réponse à ce jour, de pouvoir vous rencontrer le plus rapidement possible à une date que vous voudrez bien fixer à votre convenance.

Enfin, je tenais également à vous inviter à participer à nos travaux à l’occasion de la prochaine assemblée générale de notre association, prévue le 20 mars 2008 à partir de 14h, au Conseil régionale d’Auvergne.

Veuillez agrée, Monsieur le Ministre d’Etat, l’expression de mes sentiments les meilleurs.



René Souchon



Président d'Altro

Monsieur Jean-Louis BORLOO
Ministre d’Etat, Ministre de l’Ecologie,
du développement et de l’aménagement durables
246, boulevard Saint-Germain
75007 PARIS


PJ :
- synthèse de l’étude JLR 2007
- avis des CESR Auvergne et Rhône-Alpes
- courrier de J.J. Queyranne, Président du Conseil régional Rhône-Alpes




– BP 104 – LA ROCHELLE Cedex 1 – Tel. 06 20 41 39 33
e-mail : Altro.Michel@wanadoo.fr