ferroviaire - Les fonctionnalités de TRANSLINE

La pré-étude fonctionnelle a apporté beaucoup d’éléments concernant les fonctionnalités de TRANSLINE :

- Le report modal :
Non seulement les dessertes sont plus rapides mais encore de nouvelles dessertes sont rendues possibles. Ainsi des déplacements professionnels qui sont, aujourd’hui, l’apanage de l’avion et/ou de la voiture particulière, peuvent se reporter sur le rail. L’ usager peut réaliser, suivant les parcours, des allers-retours dans la journée mais aussi dans la demi-journée. C’est la perspective de basculement massif de trafic sur le rail qui justifie le saut technique, et l’investissement élevé correspondant, comme pour le Lyon-Turin.

Report de l’aérien vers le rail, mais aussi, à ne pas oublier, le report de la route sur le rail qui est plus du domaine du TERGV !

- L’essor du tourisme :
C’est un marché qui s’élargit et TRANSLINE doit permettre de valoriser également des sites qui ne sont connus qu’à l’échelon local en jouant, par exemple la carte des circuits régionaux. La gamme en est riche : tourisme urbain, tourisme d’affaires mais également tourisme rural et tourisme vert.

Bernard Soulage, Président de l’Association des Villes et Régions européennes de la Grande Vitesse et Vice-Président du Comité des Régions, déclarait à Bruxelles à l’occasion du récent colloque sur la Grande Vitesse au Comité des Régions :

« L’impact touristique de la GV est indéniablement positif mais cet aspect n’a pas assez été travaillé. » Il y a donc une marge de développement importante appelée à croître avec les restrictions à venir sur les déplacements touristiques longs courriers pour cause d’émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et d’augmentation du prix des carburants.

La GV permettra donc de réorienter le tourisme.

- Une nouvelle dynamique urbaine :
Transline peut, à l’instar des lignes à Grande Vitesse qui l’ont précédée, être cet élément catalyseur entraînant la création de pôles gare comportant une rénovation profonde de leurs abords et la constitution de centres d’affaires.

Transline pourra générer de nouvelles zones d’activités économiques dans ces Gares, « pôles de transport » et « pôles de services », véritables « portes de régions » ou de « départements » qui en seront également les vitrines surtout si elles s’accompagnent de pôles d’échange inter et multimodaux bien conçus sur le plan pratique

- De nouvelles coopérations urbaines :
En mettant en relation des villes voisines aujourd’hui proches en distances kilométriques mais plus proches de Paris en distance-temps que de leur(s) voisine(s), Transline facilitera la construction d’aires de coopération métropolitaine qui ne subiront plus l’exigence de l’intermédiaire parisien.

En étant un projet complet, européen, national et interrégional, TRANSLINE peut déclencher une stratégie d’aménagement du territoire.

- Des opportunités pour l’emploi :
Chaque ville desservie sera en mesure d’attirer de nouveaux investisseurs.
La Grande Vitesse en général contribue à amplifier la croissance des villes si celles-ci savent en saisir les opportunités et anticiper les équipements nécessaires.
A contrario certaines qui en ont tout attendu dans la passivité ont subi un revers (cf étude réalisée par l’université de Reims).
Si les résultats sont contrastés dans les emplois tertiaires, par contre, l’emploi industriel connaît une amélioration sensible.

Conclusion : les effets structurants de la GV ne sont jamais un acquis. L’infrastructure ne produira des effets que si le tissu économique est bien préparé à la mutation qui s’effectuera et s’il est en mesure de l’intégrer, de la valoriser et d’en corriger les éventuels effets pervers en sachant faire preuve de réactivité.

La dernière phase de la pré-étude fonctionnelle portera sur les effets de l’application RPFC (Rapidité-Prix-Fréquence-Confort) sur les territoires traversés par TRANSLINE.