ALTRO - Un nouvel étudiant choisit

Yann Brishoual, étudiant Master 1 IUP Aménagement du territoire , effectue un stage à . C'est le cinquième stagiaire que nous employons.

Il a deux passions qu'il veut réussir à concilier dans une vision à long terme : transport et environnement. Il veut également qu'une véritable vision maritime préside au développement de la façade atlantique et que la Bretagne, notamment, ne reste pas à l'écart du développement européen. Intermodalité, Europe, long terme... ? Il a donc pensé après avoir pris connaissance de la philosophie et des travaux de l'association !

Sa mission sera notamment de convaincre les acteurs économiques du Grand-Ouest du caractère largement positif de la transversalité et de s'impliquer dans la démarche TAA. La question se pose en effet : est-il prudent d'investir dans une région, ou dans des régions, qui ne manifeste(nt) pas un grand entrain pour proposer de nouvelles ouvertures mais qui s'enferment au contraire dans un lien étroit et exclusif avec la région parisienne sacrée ainsi, et de manière définitive, passage obligé, point de sortie/entrée obligatoire, vers les autres régions ? Pour les relations avec l'est et le nord, il n'y a rien à redire, c'est la géographie du bon sens.

En revanche, pour celles avec le sud-ouest et le sud-est, il y a quelque chose de nouveau à inventer, ce que nous avons développé la TAA. Au train où vont les choses sur la ligne ferroviaire actuelle, à moyen terme, Rennes-Bordeaux sera plus rapide via Paris que via La Rochelle...

Pourquoi les jeunes rejoignent-ils  ?

Il y a plusieurs raisons :

  • porte un projet à long terme, qui, au-delà d'une simple infrastructure, traite de la mise en valeur de territoires aujourd'hui délaissés,
  • la feuille de route sur les 20-25 ans à venir donne un cap qui fait cruellement défaut aujourd'hui,
  • ce projet répond en partie à leurs interrogations sur l'avenir : réchauffement climatique, cohésion sociale et territoriale, construction européenne, etc...
  • la TAA garantit la maîtrise énergétique, et donc l'avenir, en impulsant le report modal et en diminuant de 30% environ le kilométrage sur Nantes-Lyon et Bordeaux-Lyon, soit autant d'économie d'énergie par rapport au système existant,
  • ce projet les engage sur une bonne partie de leur vie,
  • la TAA préserve l'avenir,
  • avec , il y a un apprentissage de la vie réelle en rencontrant élu et acteurs économiques qui détonne par rapport aux contenus des stages habituellement proposés,
  • le tout constitue une bonne réponse aux nombreux défis pour l'avenir.

Ils sont toujours choqués par les réponses négatives non argumentées sérieusement, ou de l'absence de réponse, d'élus. Ils rapprochent de telles attitudes de la culture du non dans laquelle baigne le pays depuis 20 ans faute de projets mobilisateurs. Sortir les sortants est ainsi devenu le slogan de chaque élection. Les élus qui subissent cet exercice particulier de démocratie altérée s'en plaignent. Ils ne s'aperçoivent pas qu'en refusant d'entrer dans la plus grande réflexion d'aménagement du territoire jamais réalisée, et en n'osant pas l'avenir, ils montrent ainsi l'exemple du refus, ils participent à cette culture du négatif, qu'ils sont les premiers à déplorer lorsque cela les touche.

Pour les jeunes, , c'est bien l'affirmation de la politique comme la capacité à n'importe qui de discuter et à participer à la décision.