transport - Un projet territorial : le Triangle de croissance Rennes/Nantes-Bordeaux-Lyon

Extrait de Transport 2020 n°23

Certains ont estimé que le SNIT était un catalogue destiné à faire plaisir à tout le monde. Si l’on poursuit dans cette logique, la Commission Mobilité 21 a donc pour mission de hiérarchiser les projets du catalogue.

Le grand oublié de de cette réflexion est l’aménagement du territoire.

Or, la dernière AG de Bordeaux a mis l’accent sur la nécessité de construire le Triangle Rennes/Nantes-Bordeaux-Lyon en lui donnant une cohérence et d’en faire un des moteurs de croissance de la France de demain.

Ce Triangle, c’est aujourd’hui 11 millions d’habitants. Pourquoi le Triangle, la France bénéficiant d’une croissance démographique dynamique, n’accueillerait-il pas une partie de cette croissance et des activités nouvelles dans le cadre de la nécessaire ré-industrialisation ?

Lyon se revendique comme un carrefour. Or, aujourd’hui, c’est un carrefour boiteux, un cul-de-sac d'un axe ferroviaire européen est-ouest inachevé, les relations ferroviaires vers la façade atlantique étant on ne peut plus chaotiques et ayant un effet bloquant pour les échanges.

« Il n'y aurait pas de potentiel », prétendent aussi les sceptiques. L'étude en a trouvé ! Il est à déplorer qu'aucune étude officielle n'ait été conduite malgré la promesse faite en mai 2011 par la Ministre de l'Ecologie et du Développement Durable à René Souchon alors Président d'.

Le sujet est véritablement tabou et pose visiblement problème à la technostructure. N'ayez pas peur des ouvertures que cette étude va produire, faites-la et nous pourrons discuter !

Certes, il y a les autoroutes, elles sont construites, il faut les utiliser, entend-on. Mais c’est notoirement insuffisant et ce sera de moins en moins adapté dans un contexte de transition énergétique.

Le livre sur les effets de la grande vitesse publiée par la DATAR insiste sur l’importance de développer un projet territorial et de répondre à des questions essentielles : une ligne ferroviaire nouvelle, pour quoi faire ? Que pouvons-nous faire ensemble lorsque nous nous serons rapprochés ?

Or, le débat public POCL a été le bon exemple de ce qu’il ne faut pas faire, avec une technostructure qui menait le bal des collectivités qui, pour certaines, se préoccupaient avant tout d’être desservies aux dépens du voisin et sans développer la moindre vision globale.

C’est et quelques collectivités qui ont tenté d’infléchir la technostructure vers plus d’aménagement du territoire, ce à quoi elle s’est toujours refusée pour ne pas s’aventurer sur les sables mouvants d’un domaine, le reconnaissait-elle elle-même, dont elle ne sait pas quantifier les impacts.

LE DEBAT N’A PAS DECIDÉ D’UN TRACÉ. Il convient de revoir POCL pour le fondre dans un projet, qui combiné avec une transversale, serve à l'émergence du Triangle de croissance.

L’intérêt du Triangle dépasse le territoire national. Ainsi, vu du dynamique Pays Basque du sud, de l’entreprenant Piémont et de la puissante Lombardie, c’est une nouvelle zone de développement qui s’offre à eux avec de nouvelles opportunités d’échanges.